Le nombre des cas de COVID-19 confirmés en Tunisie passe à 623 cas répartis sur 22 parmi les 24 provinces du pays, dont 23 décès, a annoncé mardi le ministère tunisien de la Santé.

Dans son bilan quotidien, le ministre précise qu’en 24 heures, quelque 549 tests de dépistage ont été effectués par quatre laboratoires, dont celui de Charles Nicole de Tunis (laboratoire de référence) pour ainsi détecter 27 nouveaux cas.

Le nombre total des tests de dépistage, effectués depuis le 2 mars écoulé (date de la détection du premier cas testé positif en Tunisie) s’élève désormais à 8.274 tests.

Parmi les 23 décès, 4 cas ont été enregistrés à Sfax (centre-est), 4 à Sousse et un à Mahdia (côte est), un décès au Kef (nord-ouest), un à Sidi Bouzid (centre), un à Tatouine et deux à Médenine (sud-est), un à Bizerte (extrême nord), un à Nabeul (nord-est) alors que le reste (7 décès) a été enregistré dans les quatres provinces du grand-Tunis.

Pour ce qui est du nombre des cas testés positifs, le grand-Tunis s’accapare toujours de la plus forte concentration avec un total de 312 cas.

« Nous atteindrons une phase, alarmante, où les gens mourront dans les rues et aux portes des hôpitaux si tous les citoyens n’adhèrent pas à une mise en quarantaine complète », a mis en garde le ministre tunisien de la Santé, Abdellatif Mekki, s’exprimant lors d’une conférence de presse conjointe avec le ministre de l’Intérieur, Hichem Mechichi.

Et d’insister que « la tendance actuelle de contamination au COVID-19 ne cesse de s’amplifier davantage, principalement en raison de la violation de la quarantaine et du non-respect par un certain nombre de citoyens des consignes de sécurité et de prévention de l’épidémie, avertissant que le résultat sera la perte de vies humaines.

« Malheureusement, nous ne serons pas en mesure de compter le nombre de morts si les règles générales de sécurité et santé, pour faire face au nouveau coronavirus, ne seront pas respectées, notamment le confinement total et le couvre-feu partiel outre la distanciation sociale ».

A noter dans ce sens que pas moins de 1.590 Tunisiens, récemment rapatriés de l’étranger, se trouvent dans des centre de quarantaine obligatoire : « cela a atténué, lors des premières jours, la fréquence de la contamination, mais le non-respect, par la suite, a généré un retour à l’ascension de la courbe, traduit par la vitesse de propagation et transmission, actuellement remarquées », a regretté le ministre tunisien de la Santé.

Selon les chiffres officiels, un total de 19.261 Tunisiens étaient soumis à l’auto-quarantaine volontaire, dont 19.126 ayant parachevé la période de suivi sanitaire et 135 sont toujours en quarantaine et sous contrôle de santé quotidien.

En outre, il s’est avéré que pas moins de 3.000 autres ont été en contact avec des cas testés positifs avant de les soumettre à l’auto-isolement.