L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé samedi qu’elle abandonnait l’hydroxychloroquine et l’association lopinavir/ritonavir dans le cadre de son essai clinique international Solidarity, citant peu ou pas de réduction de la mortalité des patients hospitalisés pour une infection au COVID-19.

L’OMS a déclaré que la décision avait été prise à la lumière des preuves des résultats préliminaires de l’essai Solidarity.

“Ces résultats préliminaires de l’essai montrent que l’hydroxychloroquine et l’association lopinavir/ritonavir ne génèrent que très peu ou pas de réduction de la mortalité des patients hospitalisés pour une infection au COVID-19 par rapport à la norme de soins. Les chercheurs impliqués dans l’essai Solidarity interrompront les essais avec effet immédiat”, a indiqué l’OMS dans un communiqué de presse.

L’OMS a toutefois souligné que cette décision ne s’applique qu’aux patients hospitalisés et n’affecte pas les études visant à évaluer l’efficacité de l’hydroxychloroquine ou de l’assicuatuib lopinavir/ritonavir chez des patients non-hospitalisés ou les recherches dans lesquelles ces traitements sont utilisés pour prévenir l’infection au COVID-19.

L’essai Solidarity a été lancé par l’OMS en mars pour trouver un traitement efficace du COVID-19 pour les patients hospitalisés. Elle a été initialement conçue avec cinq volets d’essai, à savoir les soins standard ou habituels fournis aux patients atteints du COVID-19, le remdesivir, l’association lopinavir/ritonavir, l’association lopinavir/ritonavir avec l’interféron bêta, et l’hydroxychloroquine ou la chloroquine.

Recrutant des patients dans plusieurs pays, l’essai Solidarity a pour but de découvrir rapidement si l’un des options thérapeutiques ralentit la progression de la maladie ou améliore la survie.