Photo du CPP du 20 juin 2018
Photo/ Ahmed Sahara
Le Café Presse Politique est revenu cette semaine à son actualité habituelle.  Cela tombe bien. Elle est stupéfiante.

Le talk de journalistes de Radio M le CPP a débattu à chaud mercredi dernier de la nouvelle tombée quelques minutes avant le début du direct au sujet des interpellations dans le cadre de l’affaire de la cocaïne d’Oran.  L’implication présumée du chauffeur du patron de la DGSN, Abdelghani Hamel, et celle du fils de l’ancien premier ministre Abdelmadjid Tebboune, projette inévitablement le dossier vers la dimension politique.

La piste de la lutte clanique est évoquée pour éliminer de potentiels candidats à un plan de l’après Bouteflika si ce scenario devait survenir. Au commande de l’enquête l’ANP, et donc le général Ahmed Gaid Salah, qui a fait opérer à l’arraisonnement du bateau transportant les 701 kg de cocaïne au large d’Oran. Difficulté de l’exercice à ce stade, rien n’est avéré. Ni l’implication des personnes présentées au procureur de la République, ni les connexions qu’elles suggèrent vers le haut niveau politique de protection du réseau de trafiquants.

Cependant l’interpellation de 07 magistrats dans le cadre de la même affaire laisse à penser que le principal suspect, l’importateur de viande et promoteur immobilier à Alger bénéficiait d’un réseau de protection important dans l’administration judiciaire.  Les membres du CPP ont comme à leur habitude passé en revue toutes les options dans une affaire qui dès le premier jour promettait des rebondissements en cascade.

L’autre thème du CPP autour de Khaled Drareni a été les répercussions de l’appel de Ferhat Mehenni pour constituer une force de contrainte en Kabylie. Dérive de trop ? Débat clivé non pas sur la dangerosité des initiatives du « président » du MAK et du gouvernement provisoire de Kabylie, mais sur l’essence doctrinale du MAK : raciste ou pas raciste ? A écouter sur SoundCloud à voir sur Youtube.