Un appel contre la répression et pour le respect des droits de l’homme et les libertés en Algérie, a été  rédigé à l’initiative d’ACDA (Agir pour le changement et la démocratie en Algérie), des associations de l’émigration algérienne en France se sont jointes à l’initiative.

Cet appel est soutenu par des associations et organisations de l’émigration maghrébine et françaises, mais aussi par des personnalités telles Kader Attia, Etienne Balibar, Yadh Ben Achour, Olivier Besancenot, Juliette Binoche, Annick Coupé, Dominique Eddé Dominique, René Gallissot, Mahmoud Hussein, Kamel Jendoubi Jendoubi, Abdellatif Laabi, Pierre Laurent Pierre, Gilles Manceron, Souad Massi, Lydia Samar bakhsh, Emmanuel Terray…

Pour l’ACDA et ses co-signataires, la répression ne doit pas être tue. Elle doit être dénoncée fermement, vigoureusement, par toutes les consciences libres. « Nous appelons toutes les associations et organisations à dénoncer ces atteintes aux droits de l’Homme. Nous appelons à l’arrêt immédiat de la répression et des persécutions ainsi qu’à la libération de tous les détenus d’opinion » lit-on sur le document.

A cet effet, les initiateurs  de cet appel ont rappelé la situation des libertés en Algérie. « Ces dernières semaines, le pouvoir a décidé de mettre au pas les marches pacifiques du vendredi : arrestations arbitraires pour le simple fait d’avoir manifesté pacifiquement ou d’avoir brandi un drapeau berbère, passages à tabac de manifestants, matraquages médiatiques et campagnes de haine sur les réseaux sociaux, sont autant d’outils de la répression » ont-ils noté. Ils ont aussi rappelé les scènes de violence policière qui ont été révélées au monde entier lors de la manifestation du vendredi 5 juillet où « des policiers se sont acharnés à frapper des manifestants à terre et ne constituant aucune menace pour eux ni pour quiconque ».