Les manifestants ont crié des slogans hostiles au président Boutefika mais aussi au DRS (ph. : Rafik Karrad)

Ils sont regroupés au sein d’Algeria Solidarity Campaign (ASC) qui a organisé, samedi dernier, une manifestation hostile à cette candidature devant le consulat algérien à Londres.

 

L’opposition à la candidature d’Abdelaziz Bouteflika à un quatrième mandat présidentiel s’est étendue à la communauté algérienne Grande-Bretagne, après avoir suscité, entre autres actions, la création d’un collectif Barakat au Québec ainsi que des manifestations hostiles à cette candidature en France.

A Londres, c’est le collectif Algeria Solidarity Campaign (ASC) qui a organisé, le 15 mars dernier, une manifestation devant le consulat algérien pour condamner la volonté du chef de l’Etat, malade et amoindri, de succéder à lui-même. Cette manifestation, qui a appelé au boycott des présidentielles d’avril 2014, a rassemblée quelques dizaines de personnes autour de slogans comme : « Non au 4eme mandat », « Y en a marre de ce pouvoir », « Nonà la mascarade électorale », « pour une Algérie libre et démocratique », « non à la police politique », « 52 ans barakat ».

Algeria Solidarity Campaign (ASC), dont la manifestation de samedi dernier a été la quatrième du genre depuis 2012, organise des actions de solidarités avec les luttes démocratiques en Algérie. Elle a été créée par un groupe d’Algériens de Grande-Bretagne en février 2011, dans le sillage des révoltes populaires en Tunisie et en Egypte.