Un groupe de travail sera mis en place à l’effet d’engager une réflexion sur les modalités de la mise en œuvre du paiement mobile en Algérie.

 

Le débat sur l’introduction du paiement mobile (m-payement) en Algérie est lancé. Un forum international consacré à ce sujet a été organisé ce mardi à l’hôtel El Aurassi (Alger) par  l’Association des opérateurs de téléphonie mobile (GSMA), en partenariat avec l’opérateur de téléphonie mobile Djezzy.

Le ministre délégué chargé de l’Economie numérique et de la Modernisation des systèmes financiers Mouatassim Boudiaf avait annoncé il y a quelques jours que le paiement par téléphone mobile sera lancé à partir de 2018, ajoutant qu’un groupe de travail sera mis en place à l’effet d’engager une réflexion sur les modalités de sa mise en oeuvre.

Le directeur  des politiques publiques de la GSMA, Nathan Naidoo, a affirmé  à cette occasion que paiement  mobile peut aider à l’approfondissement de l’inclusion financière en Algérie,  citant  l’expérience réussie du Kenya  avec « le service M.PESA de Safricom » qui permet à  80% de la population kenyane de payer par ce moyen.

Vincenzo Nesci, PDG de Djezzy, a indiqué pour sa part que ce système « mobile money » qui a déjà fait ses preuves dans plusieurs pays du monde, notamment en Afrique de l’Ouest et au Moyen –Orient constitue un levier important pour l’émergence de l’économie digitale dans notre pays.

La croissance de l’usage de l’internet mobile grâce au déploiement de la 3G et maintenant de la technologie de 4eme génération qui permet le très haut débit avec une vitesse de connectivité importante, offrent aujourd’hui à l’Algérie une véritable plateforme numérique. Cette dernière est en train de  « jeter les bases d’une économie digitale qui, bien évidemment, ne peut fonctionner sans une adaptation aux moyens de paiements modernes et ce dans le but de faciliter la vie des citoyens et contribuer à une meilleure traçabilité des flux financiers », a-t-il souligné.