Les annonces relatives à de nouvelles baisses de production de la part de membres de l’Opep ont eu un effet sur les prix du pétrole.

 

Le pétrole a enregistré une légère baisse ce vendredi en cours d’échanges européens suite à une bisse de la valeur du dollar et aux récents efforts déployés par les membres de l’Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole) pour équilibrer le marché.

Vers 10H00 GMT, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre valait 51,78 dollars, à son plus haut niveau depuis deux mois sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 29 cents par rapport à la clôture de jeudi. Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de « light sweet crude » (WTI) pour la même échéance gagnait sept cents à 49,11 dollars.

Dans une déclaration faite à l’AFP, Lukman Otunuga, analyste au cabinet  FXTM a assuré que les prix du pétrole « ont été soutenus cette semaine par l’optimisme de l’Opep  sur son accord de limitation de la production, tandis que la faiblesse du dollar a également participé à la hausse des prix ».

De manière générale, la valeur du baril du pétrole est inversement proportionnelle à celle du dollar. Une baisse de la valeur de la monnaie américaine permet, en effet, aux investisseurs utilisant d’autres devises d’acheter du pétrole à bon compte, les échanges de barils se faisant en dollar sur les marchés mondiaux.

D’autre part, les membres de l’Opep et leurs partenaires qui se sont réunis lundi dernier, une rencontre qui a été suivi par de nouvelles promesses de baisse de production de la part de l’Arabie saoudite mais également le Koweit et les Emirats Arabes Unis.

De son côté, le Nigera, membre de l’Opep exemptés de l’accord de baisse de production avait annoncé sa volonté de limiter sa production à 1,8 millions de barils par jour. Autant d’indicateurs donc en faveur d’une légère reprise du prix du pétrole.