L’Algérie ne tournera pas le dos à son immense potentiel solaire, c’est ce que vient de signifier le Ministre de l’énergie, Mohamed Arkab, à partir d’Annaba. Selon ce dernier l’Algérie est prête pour lancer un projet national visant à produire près de 5.600 mégawatts d’électricité en utilisant l’énergie solaire susceptible de renforcer le réseau national dans les années à venir.
« Les compétences nationales actuelles sont capables de mener ce projet dans toutes ses étapes, de l’étude jusqu’à la réalisation finale », a précisé Arkab, à la faveur de son escale bonoise.
« l’Algérie, qui a réalisé sa première centrale solaire en 2011, a acquis l’expérience nécessaire, ainsi que les moyens requis pour développer ce domaine d’autant, qu’actuellement, le pays totalise 22 centrales de production d’électricité à base d’énergie solaire avec une capacité de 400 MW ». A-t-il ajouté en affirmant que l’Algérie a pu répondre à ses besoins en matière d’électricité avec une production de 20.000 MW, pour une consommation nationale estimée à 15.680 MW, M. Arkab a souligné que son département envisage l’élaboration d’un nouveau modèle de consommation d’énergie.
Cette déclaration intervient alors que les experts appellent à opérer une transition économique et s’orienter résolument vers le solaire en Algérie, un pays riche d’un gigantesque gisement solaire, notamment dans sa région sud-est.
Le nouveau modèle de consommation d’énergie intervient après la récente étude par le gouvernement du projet visant à créer une instance nationale chargée des énergies renouvelables, a enfin expliqué Arkab.