Noredine Bouterfa, PDG de Sonelgaz

D’après Boutarfa, l’Algérie devrait faire appel à des partenaires étrangers afin de réussir sa transition énergétique.

 

L’ancien ministre de l’Energie, Noureddine Boutarfa a assuré, aujourd’hui lors de la première conférence-exposition consacrée à la transition énergétique organisée à Alger, que le meilleur moyen de réduire les coûts de production des énergies renouvelables était de mettre en place des projets de grande taille.

Le ministre répondait ainsi à ceux qui l’avaient copieusement critiqué pour avoir voulu lancer le fameux projet de production de 4 Gigawatts d’électricité en énergies renouvelables. Un projet de grande taille divisé en trois blocs et qui prévoyait, en plus de la production énergétique, la mise en place d’unités industrielles destinées à la fabrication de composants nécessaires à la production d’énergie solaire. Un mélange de genres qui a été également critiqué par un certain nombre d’experts.

L’appel d’offres relatif à ce projet devait être lancé, rappelons-le, à la fin du mois de janvier 2017. L’appel d’offres n’a pas été lancé à ce jour et aucune sans qu’aucune explication officielle ne soit donnée.

Sur un autre plan, Noureddine Boutarfa a indiqué que l’Algérie ne pouvait réussir sa transition énergétique sans faire appel à des partenaires, de grandes firmes dont l’expérience pourrait être bénéfique pour l’Algérie.