Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune a annoncé lors du Conseil des ministres qui s’est tenu dimanche, que dans le cadre de l’exploitation de la mine de fer de Ghar-Djebilet et du gisement de Zinc et de phosphate de Oued Amizour, une nouvelle ligne ferroviaire reliant les deux villes du sud oust, Tindouf et Bechar, sera bientôt crée.

Une distance de 805 Km et d’environ 9 heures de route sépare les deux villes, situées aux abords des frontières avec le Maroc et le Sahara Occidental.

Le projet, dont on ignore s’il est au stade de gestation ou de concrétisation, s’inscrit, selon le président, dans la mise en oeuvre du plan relatif à l’exploitation de ces deux gisements, dont il a instruit le ministre des Mines d’en accélérer la cadence.

A ce titre, Tebboune a ordonné l’actualisation, avec précision, de la cartographie minière nationale pour définir les zones à exploitation industrielle et celles à exploitation artisanale.

S’agissant du segment de l’or, le chef de l’Etat a ordonné le lancement immédiat de l’exploitation artisanale en recourant à des solutions conjoncturelles dans l’attente de la révision de la loi minière pour une meilleure adaptation avec les nouvelles donnes, en collaboration avec la société civile, sans pour autant définir le nombre de bénéficiaires parmi les jeunes ayant formé des coopératives de jeunes.

Dans la foulée de ces décisions, le premier ministre a été chargé de tenir une réunion de coordination entre les ministères concernés par l’extraction de l’or et le ministère de la Défense nationale, en vue de traiter les questions liées à l’interdiction de l’exploitation illégale et anarchique par les orpailleurs illégaux qui s’infiltrent dans la région, parallèlement à la sauvegarde des monuments culturels et sites archéologiques dans le grand Sud.