Une mise en garde sérieuse.
Pas moins de 2,9 millions de personnes sont sous-alimentées en Algérie, soit 4,7% en 2017, c’est ce qu’a révélé une étude réalisée par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).
La même organisation, qui affirme que la tendance est à la hausse dans la plupart des pays nord-africains, a estimé que le nombre de personnes en situation d’insécurité alimentaire en Algérie avoisine 1,9 million d’habitants.
Par comparaison aux autres pays d’Afrique du nord, le Maroc reste le pays qui affiche les taux les moins élevés avec 1,4 million de Marocains soit 3,9%. Cette proportion atteint en effet 4,8% en Égypte et 4,9% en Tunisie.
Par ailleurs, le même rapport révèle que le nombre de personnes atteintes d’obésité est passé de 6 millions d’habitants en 2012 à 7,4 fin 2016 alors que le nombre de femmes en âge de procréer (15-49) souffrant d’une anémie est passé de 3,5 millions en 2012 à 3,8 millions.
La FAO souligne dans son dernier rapport que le nombre de personnes souffrant de faim dans le monde est en hausse, avec 821 millions de personnes en 2017, soit une personne sur neuf.  Dans ce rapport, la FAO pointe également le lien existant entre les changements climatiques et la malnutrition. « La variabilité du climat et les extrêmes climatiques sont des facteurs essentiels de la récente recrudescence de la faim dans le monde et l’une des principales causes des graves crises alimentaires », indique le document qui fait remarquer que la faim est un problème beaucoup plus présent dans les pays dont le système agricole est très sensible à la variabilité des précipitations  et de la température.