Grace aux nouvelles procédures douanières et de contrôle de police, la gestion de ce flux est devenue plus efficiente et surtout moins fatigante pour les voyageurs algériens.

 

Le poste frontalier d’Oum Tboul de la wilaya d’El Tarf a enregistré à la fin de cette semaine un plafond de  6 000 voyageurs Algériens, selon le quotidien local « Akhbar Echark ». Ce flux considérable est bien géré par les agents de la douane et ceux de la police, selon des témoignages recueillis par ce journal.  

En effet, au niveau de ce poste frontalier le voyageur algérien passe trois (03) étapes de contrôles « sans descendre » de son véhicule. En premier, celui-ci se présente à un guichet de police où on vérifie l’identité des voyageurs via un système informatique et apposer ensuite un cachet sur les passeports des intéressés.

La deuxième étape se fait auprès d’un guichet des services de la douane, au niveau duquel  le véhicule du voyageur est répertorié et un document est octroyé faisant foi de son entrée sur le territoire tunisien. En dernière étape, le voyageur toujours à l’intérieur de son véhicule, se dirige vers les agents de douanes afin de subir le contrôle des bagages.

Le touriste algérien encore une fois sauveur de la saison estivale tunisienne 2016

Au  premier semestre 2016 ils seraient environ 281 406 passagers enregistrés au niveau des postes frontaliers.

Durant ce mois de juillet, le poste frontière tunisien de Bouchebka dans la délégation de Fériana (gouvernorat de Kasserine) a connu une nette augmentation du trafic de passagers et de marchandises, avec mille à trois mille (1000 à 3000) entrées quotidiennes, de part et d’autre de la frontière tuniso-algérienne.