Goldman Sachs : des prévisions pessimistes pour 2016.

Pour la banque d’investissement internationale, cette baisse, qu’elle explique par « la non-reprise de la croissance chinoise », est nécessaire pour rééquilibrer le marché.

 

La banque d’investissement internationale Goldman Sachs a prédit aujourd’hui une baisse des prix de pétrole en 2016 au niveau des coûts de production : « Le marché restera fortement excédentaire en 2016, et la non-reprise de la croissance chinoise fera que le prix du baril (de brut) ne dépassera pas les 45 dollars l’année prochaine. »

Ainsi, le cours du baril du World Texas Intermediate (WTI), du Light Sweet Crude sera autour de 42 dollars pendant les trois premier mois de l’année 2016, de 40 dollars dans les six premiers mois et ne dépassera pas les 45 dollars sur 12 mois. Pour ce qui est du baril de Brent, qui se négocie à la Bourse de Londres, la banque prévoit, sur les trois, les six et les 12 mois de l’année prochaine, des prix se situant, respectivement, à 47 45 et 49 dollars le baril. « Les fondamentaux du marché pétrolier (offre et demande), resteront faibles et ce marché restera fortement excédentaire », prédit-elle.

Les prévisions de croissance de la banque newyorkaise concernant la demande mondiale de pétrole situent celle-ci à plus de 1,62 million de barils par jour (bpj) d’ici la fin 2015 et à 1,28 millions bpj l’année prochaine. Goldman Sachs s’attend également à une inversion du rebond récent des prix du pétrole : « La tendance baissière reste inchangée en raison de la complexité globale du marché des matières premières. »

Cette baisse annoncée des prix est nécessaire selon la banque américaine pour rééquilibrer le marché : « Nous continuons à voir un marché pétrolier excédentaire et des prix bas, qui seront nécessaires pour atteindre le rééquilibrage suffisant des marchés en 2016. »