Le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni, a annoncé ce lundi l’interdiction des coupures systématiques de l’électricité et gaz suite au non-paiement d’une facture.

Guitouni qui intervenait lors d’une rencontre organisée par la commission de régulation de l’électricité et du gaz (CREG) avec les associations de protection des consommateurs à Alger, a fait savoir qu’il est interdit dorénavant « de couper l’électricité et le gaz avant de vérifier le fichier des abonnées ». « Ceux qui ont l’habitude de payer peuvent bénéficier d’un délai supplémentaire pour le paiement de leur facture » a-t-il précisé.

 Le ministre a exigé, dans ce sens, aux agents de la Sonelgaz de ne plus demander le paiement de la facture avant le règlement du recours introduit par le client.

« Si l’abonné se plaint d’une surfacturation, personne ne peut lui demander de payer avant de faire les vérifications nécessaires », a-t-il souligné en expliquant que « chaque client doit régler la somme indiquée dans sa facture en toute conviction ».

Par ailleurs, la rencontre était l’occasion pour Société algérienne de distribution de l’électricité et du gaz (SDC), filiale du groupe Sonelgaz, d’expliquer le projet de la nouvelle facture, en cours de finalisation. Il s’agit, selon les explications des responsables de la SDC, d’un agencement du contenu permettant une meilleure lecture des informations avec l’introduction d’un code « QR », l’historique de la consommation et un espace de communication avec le client.

66 morts en 2018 suite aux mauvaises utilisations du gaz

Dans un bilan de la SDC, la filiale de Sonelgaz a fait état d’un total de 66 personnes décédées et 192 autres ont été blessées pour causes de mauvaise utilisation du gaz. Les principales raisons de ces accédents, selon les responsables de Sonelgaz, sont le manque d’aération, la mauvaise étanchéité de l’installation intérieure ainsi que la non-conformité des appareils utilisés.

A ce propos, plusieurs représentants des associations de protection des consommateurs, qui ont assisté à cette rencontre, ont demandé au gouvernement d’intervenir pour faire face à la multiplication des drames causés par l’inhalation de monoxyde de carbone.

Ils ont réclamé l’obligation d’installer des détecteurs de monoxyde de carbone dans toutes les habitations et l’instauration d’une visite de contrôle de conformité aux normes de sécurité, des installations gazières à domicile.

Aussi, de saisir automatiquement la justice à chaque accident lié au gaz pour définir la responsabilité de chaque intervenant.