Le Maroc doit à l’orée 2020 combler le déficit en logements, avec une nécessité impérieuse : produire 1,4 millions de logements d’ici à cette échéance, à un rythme de 280.000 logements/an.

  

La problématique pour le ministère marocain de l’Habitat est simple : il s’agit de construire sur les cinq prochaines années 866 000 logements dont le coût unitaire est de 14000 DH, 139.700 unités à 250 000 DH et 154 000 habitats économiques. Or, le rythme des réalisations doit suivre celui de la hausse de la demande, selon des experts urbanistes. Si le déficit en logements est évalué à 500.000 logements, les chiffres du ministère de l’habitat indiquent que près de 1,4 million de logements sous différentes formules doivent arriver sur le marché d’ici à 2020 pour répondre à la demande nationale de logements. Il s’agit donc de répondre à la demande en logements des habitants de bidonvilles et autres habitats précaires, qui représente 43% des besoins cumulés (585 000 unités), de remplacer les habitats vétustes (4% du besoin global) et à la demande des nouveaux ménages estimée à 707.700 logements, soit 52% de la demande nationale. Pour répondre à cette demande en logements, les prévisions du ministère de l’habitat tablent sur une production globale de 1,159 million de logements selon les trois formules dans les cinq prochaines années. Seul problème, le rythme lent des livraisons de logements. Le rythme annuel de la production nationale doit atteindre les 280.000 unités par an pour couvrir la demande, alors que depuis 2012, elle ne dépasse guère les 130.000 unités. A ce rythme, il faut doubler les livraisons pour couvrir d’ici à 2020 la demande locale en logements social et de moyen standing. Sans compter la demande en logements ruraux. En attendant le bilan définitif pour 2015, quelque 133.000 logements ont été achevés et 177.000 autres mis en chantier en 2014.