Lors de l’inauguration de l’usine de transformation du marbre et du granite “TamsTones”, lancée ce lundi par le Groupe des Sociétés Hasnaoui (GSH), dans la commune de Sidi Ali Benyoub, Abdelaziz Djerad a affirmé le soutien total de l’Etat aux investisseurs dans les industries de transformation.

Le premier ministre a déclaré lors de l’inauguration de cette unité de transformation du marbre et du granite dans la commune de Sidi Ali Benyoub, la plus grande du genre au niveau africain, que le développement des industries de transformation “fait partie de la stratégie du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, qui “accorde un soutien total aux investisseurs activant dans le domaine de l’industrie de transformation”.

Cette usine “dernier cri” s’étale sur une superficie de 64.500 m² dont 28.000 m² de surface couverte. Le coût de réalisation de TamStones représente un investissement de de l’ordre de 400 milliards de centimes.

Son lancement va donner un coup d’accélérateur à l’emploi dans la région, en générant 400 emplois directs, dans une première phase et plus de 1000 emplois indirects .

Par ailleurs, elle sera dédiée essentiellement à l’exportation de marbre et de granite sur les marchés européen et Moyen-Oriental. Selon le Directeur général de GSH, Omar Hasnaoui, ” Pas moins de cinq gisements sont en activité, 3 de marbre et 2 de granit (Tlemcen, Ghazaouet Tamanrasset et Saida), Nous exploitons des gisements présentant des variétés de marbre uniques au monde, telles que le jaune Ghazaouet ou le bleu de Tamenraset, qui n’existent nullement ailleurs. D’autres variétés seront prochainement mises sur le marché corrélativement à la mise en place d’un processus de labellisation de tous nos produits.”

TamStones, c’est d’abord une histoire de technologie

La valeur ajoutée que revendique GSH vis-à-vis de ses concurrents internationaux, réside dans la qualité de la matière première transformée, mais également ai niveau des process utilisés pour maîtriser les coûts de transport et proposer un rapport qualité/prix défiant, ou presque, toute concurrence. « Le marché européen, qui s’approvisionne chez l’un des leaders mondiaux du secteur, en l’occurrence l’Inde, doit supporter d’importants coûts fixes de transport et de logistique. Un poste de dépense que nous leur permettront bientôt de réduire sensiblement, grâce à notre offre. » Soutient Omar Hasnaoui.

Et d’ajouter :« Chez GSH, nous avons réalisé des investissements en matière d’équipements technologiques qui nous permettent de dominer le marché national en termes de niveau de production d’une part, et de qualité du produit proposé d’autre part. A l’international, notre nouvelle infrastructure nous permettra de monter rapidement en puissance, car nous avons l’ambition de nous positionner en outsider sérieux, sur le marché européen et celui des Emirtas Arabes Unis (UAE), que nous ciblons principalement. »

Pour peu qu’elle se montre courageuse et visionnaire, l’Algérie a de ce fait toutes les cartes en main pour postuler à une place de choix au sein du « hinterland » de l’Europe en matière d’industrie de la pierre, depuis sa phase initiale d’extraction jusqu’à la phase finale de transformation et de traitement. « Nous avons été littéralement bluffés par le potentiel de certains gisements découverts tout récemment.». S’est exclamé le DG du groupe industriel privé originaire de Sidi Bel Abbès.