Israël a annoncé jeudi son intention d’interrompre l’approvisionnement de Gaza en carburants dans le cadre des représailles aux lancers de ballons incendiaires depuis le territoire palestinien.

Des dizaines de ces ballons gonflés à l’hélium et transportant des produits inflammables ont été lancés ces derniers jours depuis l’enclave contrôlée par le Hamas et soumis à un blocus terrestre et maritime très strict.

Israël avait déjà réagi à ces envois de ballons, qui ont déclenché des dizaines d’incendies sur son sol, en fermant mardi l’un des principaux points de passage avec la bande de Gaza et en prenant pour cible des installations militaires du Hamas.

Jeudi, le ministre de la Défense, Benny Gantz, a ordonné l’arrêt de l’approvisionnement en carburants de Gaza “à la lumière des lancers continus de ballons incendiaires”, a déclaré son ministère dans un communiqué.

Un porte-parole du Hamas a réagi en évoquant “un acte grave d’agression” qui “vise à empirer la crise que vit notre peuple dans la bande sous blocus”.

L’enclave palestinienne dépend d’Israël pour la majeure partie de ses approvisionnements en carburants et en gaz.

La décision israélienne pourrait notamment mettre à l’arrêt la seule centrale électrique de Gaza et aggraver les coupures d’électricité, a déclaré Mohammed Thabet, un responsable de la principale compagnie de distribution d’électricité du territoire.

Pour l’instant, la population peut compter sur six heures d’approvisionnement en courant suivies de 10 heures de coupure.

Mercredi, Israël avait par ailleurs réduit la zone dans laquelle les Palestiniens sont autorisés à pêcher, là encore en représailles aux lancers de ballons incendiaires.