Rachid Nekkaz a assuré qu’il réunissait toutes les conditions nécessaires pour que le Conseil constitutionnel accepte son dossier de candidature à la présidentielle de 2019.

L’ancien candidat à la candidature de l’élection présidentielle de 2014, Rachid Nekkaz a déclaré qu’il détenait plusieurs dossiers de corruption sur des responsables algériens, lors de son passage ce 31 janvier 2019, à l’émission politique Offshore proposée par Radio M et Huffpost Algérie.

« Je travaille dans le domaine de  l’immobilier aux Etats-Unis d’Amérique et en France,  alors je suis au courant de tous les biens immobiliers  des responsables algériens là-bas », a affirmé Rachid Nekkaz. « Ils savent que je détiens des dossiers sur eux dans ces pays.  En plus de cela, je détiens des dossiers  de corruption dans différents domaines, tels que le secteur du gaz, du pétrole et des finances », a-t-il ajouté.  

Pour lui, le pouvoir en Algérie est bâti sur « le mensonge et la manipulation de l’opinion publique », ajoutant que « le pouvoir en Algérie a peur des gens qui n’ont pas peur de lui ».

En outre,  Rachid Nekkaz a assuré qu’il réunissait toutes les conditions nécessaires pour que le Conseil constitutionnel accepte son dossier de candidature à la présidentielle de 2019. L’invité d’Offshore explique qu’il est en conformité avec la loi en ce qui concerne la  nationalité et le lieu de résidence durant les dix dernières années.

Il a parlé, entre autres, de la différence entre l’exercice de la politique ici en Algérie et en France. Il a également noté que son combat politique  va se poursuivre ici en Algérie  même après les élections. Par ailleurs, il a promis d’investir économiquement  en Algérie  au moment opportun. « Les autorités ont même refusé de me renouveler mon permis de conduire expiré en 2014, pour entraver mes projets d’investissement», a-t-il soutenu.