L’opposant kenyan Raila Odinga exige des garanties (dr)

 L’opposant kényan Raila Odinga a annoncé mardi qu’il ne participerait pas au nouveau scrutin présidentiel fixé au 17 octobre s’il n’a pas des garanties « légales et constitutionnelles » sur les conditions d’organisation de l’élection.

 

   

« On ne peut pas répéter la même erreur une deuxième fois et en attendre des résultats différents », a-t-il expliqué à la presse. L’opposition estime notamment que les membres de la commission électorale doivent être remplacés et que des poursuites judiciaires doivent être lancées contre eux.

 Jugeant que le scrutin du 8 août dernier avait été entaché d’irrégularités, la Cour suprême a invalidé vendredi dernier la victoire du président sortant, Uhuru Kenyatta, et ordonné l’organisation d’un nouveau scrutin, dont la date a été annoncée lundi par la commission électorale.

 « Il n’y aura pas d’élection le 17 octobre si les conditions que nous avons exposées dans une déclaration ne sont pasréunies », a prévenu Odinga. La présidence kényane a exclu lundi de remplacer les membres de la commission électorale.