Ces importations ont totalisé 317,1 millions de dollars, contre 515,38 millions à la même période de l’année 2014.

La consommation nationale des produits pharmaceutiques fabriqués localement (médicaments, dispositifs médicaux, compléments alimentaires…) a atteint 160 milliards de dinars (l’équivalent de 1,3 milliard euros) en 2015, soit près de 45% de la consommation totale du pays, a indiqué mardi un haut cadre du ministère de la Santé.

 

 

Le montant total de la consommation des produits pharmaceutiques en Algérie (importés et fabriqués localement) s’est élevé à 3,076 milliards euros en 2015 dont environ 1,3 milliard euros relèvent de la production nationale, a indiqué le directeur des pharmacies au ministère de la Santé, M. Hammou Hafed, lors des débats du Forum des chefs d’entreprises (FCE) sur le secteur de l’industrie pharmaceutique en Algérie.

La consommation nationale des produits pharmaceutiques fabriqués localement (médicaments, dispositifs médicaux, compléments alimentaires…) représente près de 45% de la consommation totale du pays.

La production nationale de produits pharmaceutiques s’est quintuplée en dix (10) ans en terme de valeur parallèlement à une augmentation des volumes produits.

L’objectif fixé à moyen terme est de porter la part de la production locale à 70% de l’ensemble du marché national de produits pharmaceutiques. Pour la concrétisation de cet objectif, 246 projets d’investissement initiés par des opérateurs nationaux publics et privés ont été inscrits à fin décembre 2015, dont 183 destinés à la production de médicament, a fait savoir M. Hafed.

Ces unités de production s’ajouteront aux 143 déjà opérationnelles dont 80 pour la production de médicaments.

Le même responsable a aussi mis l’accent sur l’importance du transfert de technologie dans la substitution à l’importation à travers essentiellement l’acquisition de molécules de production de médicaments et d’équipements des plus avancés.

Concernant l’exportation, il a fait état de la délivrance par les services du ministère de la Santé de 240 certificats de produits pharmaceutiques (CPP), qui sont des documents préalables à l’autorisation d’exporter, sachant que  plusieurs de ces produits sont exportés vers 16 pays notamment africains.

De son côté, le directeur général de la Pharmacie centrale des hôpitaux (PCH), M’hamed Ayad, a fait savoir que cet organisme était dotée d’une nouvelle procédure d’achat adaptée au nouveau code des marchés publics et visant à satisfaire rapidement les besoins en médicaments exprimés par les hôpitaux et les officines.

Selon lui, la PCH a acheté, au 31 mars dernier, 464 millions unités de médicaments pour environ 63 milliards DA dont le tiers de ces achats en volume provient de la production locale, en précisant que les achats de la PCH sont financés à hauteur de 50% par des avances effectuées par l’Etat, en plus de crédits à long terme.

Les traitements de cancérologie et d’hématologie constituent la plus importante part des approvisionnements destinés aux hôpitaux, a-t-il ajouté.  Par ailleurs, M. Hamou a indiqué que le comité économique du ministère de la Santé avait engagé une réflexion pour la révision des marges bénéficiaires des médicaments.

Concernant l’Agence nationale du médicament créée en décembre 2015, elle devrait être opérationnelle avant fin juin 2016, selon lui.

Cette agence aura pour mission de prendre en charge l’homologation et l’enregistrement des médicaments ainsi que le contrôle de l’industrie pharmaceutique. S’agissant des médicaments pour cancéreux, notamment les injections de morphine, M. Ayad a assuré que la PCH disposait de quantités largement suffisantes pour répondre aux besoins exprimés par les hôpitaux et les officines.

« Cependant, certaines officines ne s’approvisionnent pas en morphine par peur d’avoir des problèmes avec la justice », a-t-il observé en référence à d’autres utilisations de ce calmant.

En 2015, rappelle-t-on, les importations des produits pharmaceutiques ont reculé à 1,96 milliard de dollars contre 2,52 mds usd en 2014.

La facture des médicaments à usage humain, qui représente 95% de la facture globale des importations des produits pharmaceutiques, s’est chiffrée à près de 1,87 md usd en 2015 contre 2,41 mds usd en 2014.

Les importations des produits para-pharmaceutiques se sont établies à 68,64 millions usd contre 72,52 millions usd.

Quant aux médicaments à usage vétérinaire, leurs importations ont atteint 29,47 millions usd contre 36 millions usd.