L’autoroute Est-Ouest a englouti, à elle seule, plus de 20% des investissements en infrastructures…avec les résultats que l’on connait (DR)

L’Algérie a investi quelque 50.000 milliards de DA depuis l’année 2000 pour la préservation, la modernisation et le développement des infrastructures routières, aéroportuaires et maritimes, a affirmé mardi à Alger le ministre des Travaux publics, Farouk Chiali.

 

« L’Etat algérien a investi 50.000 milliards de DA dans le secteur des travaux publics depuis l’année 2000 à ce jour », a-t-il déclaré lors du forum du quotidien Echaâb, consacrée à la présentation du bilan et des axes de la stratégie du secteur. Selon M. Chiali, ce montant atteste des efforts colossaux consentis et de la priorité accordée par les pouvoirs publics au développement des infrastructures en Algérie afin de répondre aux attentes multiples des citoyens.
« Dans les pays développés, on consacre 20% du budget de l’Etat aux infrastructures. En Algérie, nous sommes à près de 15% du budget public », s’est-il félicité. Sur le montant global de 50.000 milliards de DA, « 4.800 mds DA ont été consacrés pour la réalisation des routes, 180 mds DA pour les ports et 80 mds DA pour les aéroports », a-t-il précisé.
Le ministre a fait savoir également que plus de 2.500 ouvrages d’art ont été réalisés depuis 1999 dont 1000 sur l’autouroute Est-Ouest.
Extension du réseau routier
Aujourd’hui, a-t-il poursuivi, l’Algérie est le deuxième pays en Afrique (après l’Afrique du Sud) à détenir un réseau routier aussi grand s’étendant sur 115 000 km de longueur. « A l’échelle du Maghreb arabe, notre pays détient près de 50% du réseau routier », a-t-il ajouté.
M. Chiali a affirmé, en outre, que la « première préoccupation » de son département est la préservation de tout ce patrimoine, mais aussi sa modernisation, mettant l’accent sur la nécessité de désenclaver toutes les régions de l’Algérie aussi lointaines que soient-elles. « Notre stratégie est inscrite dans une vision régionale », a-t-il assuré.