Le refinancement d’El Hadjar suscite les convoitises (DR)

Le ministre de l’Industrie est des mines Abdeslam Bouchouareb a souligné dans son discours donné ce mardi à l’ouverture des travaux de la conférence sur le développement économique et social, l’ « ambition de l’Algérie pour développer son économie », laquelle présente à ses yeux, les caractéristiques pour figurer dans un horizon proche parmi les pays émergents.

 

En expliquant la démarche de son département associant industriels et représentants des travailleurs pour réfléchir, ensemble, selon ses termes, afin d’élaborer la stratégie industrielle de l’Algérie pour les cinq à venir, le ministre de l’industrie et des mines a étalé son optimisme quant à un imminent décollage économique du pays. « L’Algérie présente toutes les caractéristiques pour figurer dans un horizon proche parmi les pays émergents », a-t-il déclaré. Et de souligner l’ambition du gouvernement pour réaliser les objectifs tracés : « L’Algérie traverse une phase cruciale dans son développement économique, marqué par une puissante ambition (…) Sans grande ambition, il n’y a pas de grande réussite. Nous avons l’ambition, nous avons aussi la détermination, à travers la relance industrielle, de porter haut le pays qui jouera un rôle actif dans les transformations à l’œuvre dans l’économie mondiale ». Il a jouté que le rôle de l’industrie est de donner corps à cette ambition en valorisant nos facteurs clés de succès. A ce propos, il a mis en valeur les atouts qu’offrent le secteur énergétique, notamment l’ensoleillement et les immenses possibilités qu’il ouvre au pays et à ses partenaires dans le cadre de la transition énergétique. 

Une opportunité historique pour relancer l’économie

Le ministre de l’industrie, reprend ainsi son premier ministre Abdelmalek Sellal, qui lui, a appelé à la même occasion, à « se départir du fatalisme et pessimisme ambiant, estimant que l’Algérie est devant une opportunité historique pour relancer son économie ». « Nous avons les moyens nécessaires pour réussir notre décollage industriel », a-t-il dit. A ce pessimisme dû à l’échec des politiques successives, élaborées en haut et inadaptées au terrain dans lequel évoluent les opérateurs économique, Abdeselam Bouchouareb pense trouver la parade  à la faveur de cette conférence : « Nous avons voulu innover dans l’approche. Dans l’esprit d’une démarche ‘’Top down-bottom up’’ nous avons considéré la réflexion stratégique comme démarche vivante qui ne peut être le seul fait d’une réflexion conceptuelle menée par le haut ».  Et de rassurer les opérateurs : « Je tiens à souligner, ce ne sera pas une énième rencontre dont les conclusions seraient sans prolongement concret ; il s’agit d’un acte fondateur d’ingénierie qui préfigure nos conduite futures ».