Le gouvernement espagnol œuvre pour donner la priorité au gazoduc MidCat

La production algérienne en gaz devrait atteindre les 141 milliards de mètres cubes en 2017 contre  132,2 milliards de mètres cubes en 2016, soit en augmentation de près de 9 milliards m3.

 

Les exportations de gaz algérien vers l’Espagne, l’Italie et le Portugal vont augmenter en 2017. Elles devraient atteindre 57 milliards de mètres cubes, contre 54 milliards de m3 en 2016, selon l’Agence Reuters, citant une source anonyme à la compagnie nationale Sonatrach.

En 2016, l’Algérie a approvisionné l’Espagne de 20 milliards de mètres cubes de gaz couvrant ainsi 55% des besoins de ce pays. Elle a aussi couvert 16 % de la demande Italienne et 15% des besoins portugais en gaz.

Selon la même source, la production algérienne en gaz devrait atteindre les 141 milliards de mètres cubes en 2017 contre  132,2 milliards de mètres cubes en 2016, soit en augmentation de près de 9 milliards m3.

L’Algérie voudrait renouveler les contrats de livraison avec des pays comme l’Espagne, la France ou l’Italie qui arrivent à leur terme durant la période 2019-2021, en se présentant comme fournisseur fiable, grâce à ses immenses réserves et ses capacités de production.

L’Algérie « restera un producteur et un fournisseur gazier à court, moyen et long termes (…). Nos gisements sont exploités de manière très rigoureuse, d’ailleurs nous avons des taux d’extraction parmi les plus faibles au monde car nous travaillons d’abord pour la préservation des gisements avant de penser aux augmentations de nos capacités de production », a indiqué jeudi le PDG de Sonatrach, Mohamed Mazouzi.

Selon lui, les réserves de gaz suffiront pour une production de plus d’un (1) siècle alors que celles de pétrole ne s’épuiseront pas avant 2050 ou 2060.