C’est l’âge d’or du dessalement de l’eau de mer en Algérie.

Cette formation sera assurée par l’Ecole polytechnique d’Oran en vertu d’une convention qu’elle a signée, il y a quelques semaines, avec Beni Saf Water Company (BWC), qui exploite la station de dessalement de Beni Saf, dans la wilaya d’Aïn Temouchent (Ouest).

 

Dans quelques mois, l’Ecole nationale polytechnique d’Oran formera la première promotion d’ingénieurs spécialisés dans le dessalement d’eau de mer, et ce, en vertu d’une convention signée il y a quelques semaines avec une entreprise opérant dans le domaine. Il s’agit de Beni Saf Water Company (BWC), créée dans le cadre d’une joint-venture entre Algerian Energy Company (AEC) et la firme espagnole Groupo Cobra et qui exploite la station de dessalement de Beni Saf, dans la wilaya d’Aïn Temouchent (Ouest).

La station de dessalement de Beni Saf, opérationnelle depuis 2010, emploie 80 personnes. Avec une capacité de traitement de 200.000 m3 par jour, elle alimente les wilayas d’Aïn Temouchent et d’Oran.

« Jusqu’à présent, il n’existe, en Algérie, que des formations pour ingénieurs en hydraulique urbaine ou agricole. La convention liant l’Ecole nationale polytechnique d’Oran et notre entreprise permettra à l’Algérie d’avoir des ingénieurs dans cette toute nouvelle branche », explique le directeur général adjoint de BWC, Mohamed Chaffi. « Nous tenons des réunions avec les responsables de l’Ecole nationale polytechnique d’Oran pour établir le programme de cette formation », ajoute-t-il, précisant que « des cours pratiques devront être donnés aux étudiants au niveau de la station de dessalement de Beni Saf ».

Selon M. Chaffi, des promotions de 25 étudiants en moyenne devront suivre le programme d’ingéniorat en dessalement après deux ans de tronc commun avec d’autres spécialités. Il fait remarquer que « le partenariat avec le groupe espagnol a eu pour résultat un véritable transfert de savoir-faire » aux ingénieurs algériens de la station de Beni Saf. Ce sont précisément ces ingénieurs qui devront assurer la formation des futurs diplômés de l’Ecole polytechnique d’Oran.