Selon le ministre de l’Industrie, la sidérurgie algérienne ateindra bientôt l’autosuffisance

Intervenant au cours d’une rencontre avec des opérateurs économiques locaux, au siège de la wilaya de Biskra où il effectuait une visite de travail, Abdeslam Bouchouareb a indiqué que l’Algérie, qui importe environ 3 millions de tonnes de ciment par an, « parviendra à couvrir ses besoins et réalisera même des excédents d’ici à 2016 ».

 

 

L’Algérie s’achemine vers « l’autosuffisance en ciment et en produits sidérurgiques à la faveur des installations nouvelles devant être opérationnelles à court terme », a déclaré, dimanche à Biskra, le ministre de l’Industrie et des mines, Abdeslam Bouchouareb.

Intervenant au cours d’une rencontre avec des opérateurs économiques locaux, au siège de la wilaya de Biskra où il effectuait une visite de travail, le ministre a indiqué que l’Algérie, qui importe environ 3 millions de tonnes de ciment par an, « parviendra à couvrir ses besoins et réalisera même des excédents d’ici à 2016 ». Ce sera, a-t-il relevé, la première fois depuis  l’indépendance que le pays cessera d’importer du ciment.

L’entrée en activité de deux nouvelles cimenteries dans la wilaya de Biskra, pour une capacité de production totale de 4 millions de tonnes, permettra, avec le réseau national de cimenteries opérationnelles, de répondre à la demande du marché national en ciment, a soutenu M. Bouchouareb.

Le ministre avait auparavant procédé, dans la commune de Branis, à la pose de la première pierre de la cimenterie « La biskrie des ciments », initiée par un investisseur privé pour être opérationnelle en décembre 2015 avec une capacité annuelle d’un million de tonnes.

Il a également inspecté, à Djemora, la future cimenterie Silas réalisée dans le cadre d’un partenariat algéro-français. Cette dernière usine qui entrera en activité au cours du premier trimestre 2016, produira annuellement 2,7 millions de tonnes, selon les explications fournies au ministre.

M. Bouchouareb a également affirmé que le pays était « en voie d’assurer son autosuffisance en produits sidérurgiques d’ici à 2016 et 2017″grâce à l’exploitation des deux nouveaux complexes sidérurgiques d’Oran et de Bellara, à Jijel.

Lors de l’inspection, dans la commune de Loutaya, d’une unité de production de sels, relevant de l’entreprise nationale ENASEL et vivant une situation difficile en matière d’équipements, le ministre a fait état d’une décision de mise à niveau de cette unité par la mise en place, courant 2016, d’installations modernes.

Dans la même commune, le ministre a posé la première pierre d’une usine de production de sel, fruit d’un investissement privé, conçue pour produire annuellement 2 millions tonnes destinées à l’exportation vers l’Europe et 200.000 tonnes pour le marché local, selon les explications présentées sur site.

M. Bouchouareb a également inauguré dans la commune de Branis une briqueterie d’une capacité de 200.000 tonnes/an ainsi qu’une nouvelle unité d’eau minérale à Djemora, de la société Guedila, et une seconde briqueterie dans la commune d’El Hadjeb, destinée à produire 240.000 tonnes.

Le ministre de l’Industrie et des mines a insisté, à chacune des étapes de sa tournée, sur l’importance de l’investissement industriel, y compris dans l’agroalimentaire, pour réduire la facture des importations et atténuer les répercussions de la chute des cours des hydrocarbures.