L’Algérie sera auto-suffisante en ciment et exportera vers les pays du Sahel en 2017 a annoncé dimanche, le ministre de l’Industrie et des mines, Abdesselam Bouchouareb à Adrar où il a visité le projet de  cimenterie de la commune de Timegtane, daïra d’Aoulef, dans la wilaya d’Adrar.

 

Pour le ministre, le problème d’approvisionnement en ciments est en passe d’être réglé avec l’entrée en production des cimenteries d’Adrar (Aoulef) et de Béchar.  L’Algérie n’importera plus de ciment à partir de 2017 et pourra même dégager un excédent «qui sera exporté vers le Mali, le Tchad, le Niger et la Mauritanie » a-t-il indiqué.   L’Algérie importait près 4 millions de tonnes de ciments par an. Ce volume a sensiblement baissé en 2016 avec l’instauration des licences d’importation.

 La cimenterie d’une capacité de production de 1,5 millions de tonnes devrait être totalement livrée fin 2016 et va contribuer à satisfaire la demande nationale. Il s’agit d’un partenariat algéro-chinois sur un  investissement de 21 milliards DA, qui va générer 400 emplois permanents.  Pour cet important projet, le groupe industriel ‘‘El-Hamel Sidi Moussa’’ est associé à la China Triumph International Engineering Group (CTIEC).

Ce nouvel apport va s’ajouter aux 3 millions de tonnes de la cimenterie de Béchar et aux 1,5 million de tonnes/an de la cimenterie de Biskra entrée en production l’été dernier. La capacité de production nationale couvrira de ce fait largement largement les besoins du pays en ciment, a précisé le ministre.

L’Algérie consomme annuellement environ 22 millions de tonnes de ciment dont 18 millions de tonnes sont produits localement. Les capacités de production des cimenteries publiques sont estimées à 12 millions de tonnes/an. Elles augmenteront ainsi de 30% après la réception des deux cimenteries.

L’entreprise chinoise China Triumph International Engineering Group (CTIEC) chargée de la réalisation de l’usine va assurer le management de la cimenterie pendant pendant 7 ans après son entrée en production.