Le nombre des pays participant à la FIA a baissé à 30 pays contre 40 en 2010.

Selon les chiffres de la Société algérienne des foires et exportations (Safex), organisatrice de cet événement économique annuel, 742 entreprises étrangères participent à cette à l’édition 2015, qui se tient du 28 mai au 1er juin, contre un nombre de 835 entreprises en 2010, de 1.066 en 2007 et de 1.044 en 2003.

 

La 48ème Foire internationale d’Alger laisse entrevoir un recul de la participation étrangère à la faveur de la multiplication des salons spécialisés, mais demeure l’espace privilégié pour les hommes d’affaires étrangers désirant explorer, pour la première fois, le marché algérien.

Selon les chiffres de la Société algérienne des foires et exportations (Safex), organisatrice de cet événement économique annuel, 742 entreprises étrangères participent à cette à l’édition 2015, qui se tient du 28 mai au 1er juin, contre un nombre de 835 entreprises en 2010, de 1.066 en 2007 et de 1.044 en 2003.

Le nombre des pays participants a également baissé à 30 pays contre 40 en 2010, 36 en 2007 et 32 en 2003.

Ce ralentissement relatif de l’intérêt des entreprises étrangères pour la FIA s’est également traduit par un amenuisement de la superficie des stands qui leur sont réservés: 24.882 m2 en 2003 à 27.714 m2 en 2007 avant de reculer à 17.000 m2 en 2010 et à 12.533 m2 en 2015.

Mais ce recul intervient parallèlement au développement des multiples salons thématiques organisés en Algérie, qui gagnent de l’importance en terme de nombre d’exposants et de visiteurs durant ces dernières années.

La Safex organise, à elle seule, une trentaine de salons internationaux spécialisés dans divers secteurs (automobile, construction, travaux publics, agriculture, tourisme, produits pharmaceutiques, informatique, livre…).

Toutefois, la FIA demeure la destination de choix pour les opérateurs économiques qui veulent découvrir de près le marché algérien et ses opportunités.

 

Nécessité de partenariats face à la réduction des importations

 

Le stand de l’Inde, invité d’honneur de cette édition, comprend près de 80 entreprises désirant s’implanter en Algérie notamment dans les domaines des équipements, des industries pharmaceutique et agro-alimentaire, du bâtiment et des pièces de rechange.

« L’Algérie est un marché prometteur qui n’est pas suffisamment exploité par nos professionnels en raison notamment de la distance géographique entre les deux pays », confie à l’APS le représentant de la fédération des chambres indiennes du commerce et de l’industrie (Ficci), M. Saurav Mittal.

Les sociétés présentes au stand de ce pays asiatique, dont la plupart participe pour la première fois à cette manifestation, « veulent  rattraper ce retard en cherchant, dans un premier temps, des représentants commerciaux avant d’investir si les conditions le permettent », avance-t-il.

Pour le représentant de l’organisme malaisien de développement du commerce extérieur (Matrade), Mohamad Haris Abdul Latiff, « face à la décision de réduire les importations par l’Algérie, les entreprises doivent trouver des partenariats permettant de pénétrer le marché algérien qui regorge d’opportunités d’affaires ».

« Il s’agit d’un défi, d’autant que l’Algérie constitue un nouveau marché pour les Malaisiens. Cette foire est une vraie occasion pour prendre contact avec les hommes d’affaires algériens », enchaîne le représentant de Matrade qui regroupe 280 entreprises malaisiennes.

Contrairement à certains pays à l’instar de la Chine, de la Turquie, de la France et de l’Italie, qui ont opté pour des stands spacieux dans lesquels ils exposent leur savoir-faire particulièrement en matière d’équipements, la majorité des pays de l’Afrique subsaharienne ont pris des espaces réduits pour présenter leurs produits de l’artisanat.

En dépit de leur situation sécuritaire et de leurs difficultés économiques, la Libye et la Syrie ont tenu à être présents à cette manifestation économique internationale pour « transmettre un message d’espoir et de détermination à surpasser la crise », affirment unanimement les participants de ces deux pays.

Alors que l’espace réservé aux entreprises étrangères à la FIA se réduit d’année en année, celui destiné aux entreprises nationales s’élargit de plus en plus à la faveur de l’encouragement de la consommation du produit local.

Plus de 640 entreprises algériennes sont présentes à la FIA à travers une superficie de 38.678 m2 dédiée principalement aux produits électroniques, électroménagers et agro-alimentaires.

Les familles algériennes, qui font partie également des visiteurs, saisissent cette occasion pour découvrir les nouveautés sur le marché national, notamment à l’approche du Ramadhan, ou pour assister aux manifestations culturelles et prendre part aux activités ludiques organisées lors de cette foire qui fait joindre, ainsi, l’utile à l’agréable.