Selon Jacques Prost, l’usine Renault de Tanger a quasiment rattrapé en 2014 la performance de l’usine de Pitech en Roumanie (photo publié par www.lematin.ma).

Jacques Prost, directeur général de Renault Maroc, se montre optimiste et met en avant les performances de l’usine marocaine en 2014. Pour lui, ce projet important peut tirer l’industrie automobile marocaine vers l’avant.

 

 

L’usine Renault Tanger est candidate pour la fabrication du nouveau véhicule Entry ou à très bas cout que le groupe Renault s’apprête à lancer, rapportent des médias marocains. Le prix du nouveau véhicule serait à moins de 5.000 dollars soit un peu moins de 50 millions de centimes algériens (489.975,02 DA selon le taux officiel).

Dans un entretien au quotidien marocain Le Matin, Jacques Prost, directeur général de Renault Maroc, a confirmé des déclarations de Carlos Ghosn, P-DG du Groupe, faites au Salon automobile de Genève en mars dernier et selon lesquelles l’usine de Tanger est candidate pour la fabrication de ce nouveau modèle.

« Nous sommes effectivement candidats pour ces nouveaux programmes Entry du groupe », a ainsi déclaré Jacques Prost qui met en avant les performances de l’usine marocaine lesquelles, sans doute, ont pesé dans le choix des décideurs du constructeur français. Selon lui, l’usine de Tanger a « surperformé » en 2014 et a quasiment rattrapé la performance de l’usine de Pitech (Roumanie) qui fabrique des modèles low cost (Logan, Sandero, Duster). Se réservant de donner des détails sur ce projet, « entouré de beaucoup de confidentialité », il a néanmoins indiqué que ce projet avait beaucoup d’avenir : « C’est un projet important qui peut tirer l’industrie automobile marocaine vers l’avant. Je peux déjà dire que pour une usine dont la capacité de production s’élève à 340.000 unités, une deuxième plateforme permet d’élargir les horizons. Il ne faut pas non plus en avoir de trop parce que cela peut toucher la performance. Mais avoir deux plateformes est une bonne chose. Donc, si nous avions cette deuxième plateforme, quelque part, cela assurerait mieux l’activité de l’usine. »

Ce nouveau modèle de véhicule à très bas coût pourra-t-il faire de l’ombre à la Renault Symbol fabriquée dans l’usine d’Oued Tlélat à Oran ? Tout porte à le croire, d’autant que le prix de cette dernière est fixé à plus de 1 million de DA (100 millions de centimes). Un prix qui n’est pas à la portée de toutes les bourses.

Du côté de Renault Algérie, auquel Maghreb Emergent a demandé de commenter cette information, on ne se sent pas concerné et on s’est abstenu de tout commentaire à ce sujet.