Le prix biennal Ali Boudoukha du meilleur article d’investigation est de retour en 2019. Il prend un sens très fort dans le contexte du changement révolutionnaire en cours en Algérie.

Le prix Ali Boudoukha du meilleur article d’investigation organisé par Maghreb Emergent organise sa 3ee édition en 2019. Le prix récompense une année sur deux les enquêtes de presse qui auront contribué à l’avancée de la transparence dans les affaires publiques ou à la mise en lumière de sujets  de société sensibles  cachées aux yeux de l’opinion publique. Les articles retenus pour cette troisieme édition devront être publiée sur un média algérien (presse papier, média électronique), entre le    1er janvier 2018 et le 15 juin 2019. Les articles et les liens vers les articles devront être transmis à partir de l’adresse mail du journaliste candidat vers la boite [email protected] .  La date de clôture des envois  sera le 30 juin 2019. Le jury rendra public les articles retenus pour le prix avant la mi-juillet et la cérémonie de remise du prix aura lieu, comme en 2017, avant fin juillet 2019. La catégorie image était prévue pour cette troisième édition du prix, mais elle n’a finalement pas été retenue compte tenu de la rareté des documents en vidéo basée sur l’investigation de presse telle que définie par le jury du prix.

De sérieuses exigences d’enquête

L’investigation recherchée  dans le prix Ali Boudoukha implique un travail de recueil des informations à la source, de confrontation des sources et de recoupement des faits rapportés. L’investigation de presse, se fait, comme l’enquête judiciaire, à charge et à décharge, dans les cas ou une partie est accusée d’un préjudice ou d’un délit quelconque. Pour ne pas avoir approché suffisamment ses critères le premier prix Ali Boudoukha  (avril 2014) n’a pas été décliné sous la forme de prix. La dotation du prix était de 450 000 dinars en  juillet 2017 lors de la cérémonie de remise du prix de la deuxième édition. Elle a récompensé, en lauréat du prix, une enquête  sur un faux investissement dans la filière du Phosphate publiée sur le Soir d’Alger et signée par Tarek Hafid, et en accessit l’article «Reggane : Le blues de la  »Gerboise bleue »», coécrit par Mohamed Saïm et Réda Mennasel et publié dans Liberté.

Un financement par les citoyens-lecteurs

Le financement du prix Ali Boudoukha est indépendant. Pour les deux premieres éditions, l’agence interface Médias qui édite Maghreb Emergent  organisateur du prix, a lancé une levée de fonds sur la plate forme de financement participatif kisskissbankbank pour réunir les moyens de récompenser les lauréats et d’organiser une cérémonie de remise du prix.  Le public a répondu à chaque fois avec enthousiasme rendant possible ainsi par ses dons en ligne, l’expression d’une citoyenneté basée sur la l’information indépendante, dont le cœur est l’investigation journalistique. La 3e édition aura recours à la même démarche participative. La levée de fonds sera lancée dans les prochaines semaines aussitôt les conditions du concours réunis et les rédactions bien informées de cette opportunité afin que chacun puisse y concourir. Le lancement en automne 2013 du prix Ali Boudoukha du meilleur article d’investigation était un hommage à ce journaliste enquêteur citoyen co-fondateur de l’agence Interface Médias et de l’agence Maghreb Emergent, et disparu le 09 novembre 2011.  Depuis, chaque édition a montré combien dans le contexte algérien, le travail de presse d’investigation était important à la formation d’un point de vue citoyen avisé sur la conduite des affaires de la cité. Cette année dans le prix Ali Boudoukha prend une nouvelle dimension entre les aspirations à la justice du mouvement populaire et les utilisations expéditives de l’appareil de la justice encore aux ordres.