L’Algérie est désormais classée dans la catégorie des pays « à revenu intermédiaire inférieur » pour la période 2020-2021 avec un PIB par habitant évalué à 3970 dollars en 2019, alors qu’elle appartenait jusque-là à la catégorie « revenu intermédiaire supérieur », équivalant à un PIB par habitant de 4060 dollars en 2018, a indiqué samedi le groupe Banque Mondiale (BM).

Selon la même source, « le chiffre du PIB par habitant pour 2018 a été révisé à la baisse ; il s’établit à 840 dollars au lieu de 1560 dollars. L’Algérie, au même titre que l’Indonésie, Maurice, le Népal, le Sri Lanka et la Roumanie, étaient très proches de leurs seuils respectifs l’année dernière.

Par ailleurs, l’institution de Bretton Woods explique que la classification se fonde sur le PIB de l’année précédente (2019 dans le cas présent). Par conséquent, les chiffres utilisés pour cette actualisation ne reflètent pas encore l’impact de la pandémie de COVID-19.

La BM répartit les économies du monde en quatre groupes : faible revenu, revenu intermédiaire de la tranche inférieure, revenu intermédiaire de la tranche supérieure et revenu élevé. Cette classification est actualisée chaque année le 1er juillet. Elle repose sur le PIB par habitant de l’année précédente (2019 dans le cas présent) en dollars courants, selon la méthode dite « de l’Atlas » (a) pour le lissage des fluctuations de taux de change.

Deux facteurs déterminent l’évolution de la classification des pays :

  1. le RNB par habitant, qui évolue en fonction de la croissance du revenu du pays concerné, de l’inflation, des taux de change et de la démographie, sachant en outre qu’il peut aussi changer à la suite des révisions apportées aux données et aux méthodes de comptabilité nationale (les nouvelles données relatives au PIB par habitant pour 2019 sont disponibles ici).
  2. pour que les seuils de classification des revenus restent fixes en termes réels, ils sont ajustés chaque année en fonction de l’inflation. Nous utilisons pour cela le déflateur du droit de tirage spécial (DTS), qui est une moyenne pondérée des déflateurs du PIB de la Chine, du Japon, du Royaume-Uni, des États-Unis et de la zone euro.