Le 1er sommet sino-africain des entrepreneurs se tient du 24 au 25 novembre à Marrakech. Les parties ont la volonté d’atteindre une «nouvelle étape dans les relations d’affaires sino-africaines », dans un contexte de crise économique qui a fortement ralenti la croissance sur les deux continents.

 

Ce sont environ 400 décideurs chinois et africains qui se sont retrouvés depuis hier à l’hôtel Four Seasons de Marrakech à l’occasion du premier Sino-African Entrepreneurs Summit (SAES). Cette rencontre intervient à un moment «clé» selon les organisateurs du sommet. En effet, alors que les échanges économiques entre la Chine et le continent africain ont dépassé les 200 milliards de dollars depuis 2013, ces relations connaissent aujourd’hui un ralentissement lié en partie à la mauvaise santé de l’économie chinoise. C’est ce qu’a expliqué Roger Nord, directeur adjoint du département Afrique au FMI, qui dans le quotidien francais La Croix a estimé que les «conditions financières mondiales beaucoup moins favorables renchérissent le coût d’accès aux marchés financiers et contribuent à tarir le flux de capitaux, et donc la capacité d’investissement public ou privé » de la Chine. Cette rencontre qui a pour but de «développer les réseaux d’affaires, renforcer la coopération et concrétiser des partenariats durables», se déroulera dans un contexte de mutation de l’économie chinoise.

Les entreprises chinoises devraient transférer 85 millions d’emplois à l’international

Le ministre des affaires étrangères chinois a ainsi annoncé hier de nouvelles mesures de coopération avec l’Afrique, qualifiant cette relation de «base de la base» de la diplomatie chinoise. L’ «empire du milieu» qui a fortement ralenti ses importations de matières premières, cherche désormais à augmenter la valeur ajoutée pour le continent africain. Le salaire minimum en Chine est ainsi passé de 100 dollars par mois à 500-700 dollars environ. Recherchant une nouvelle compétitivité, les entreprises chinoises devraient transférer 85 millions d’emplois à l’international, a rappelé le ministre marocain de l’Industrie Moulay Hafid Elalamy, hier à Marrakech. C’est ce qu’a confirmé le vice-ministre des affaires étrangères Zhang Ming qui dans une conférence de presse a affirmé que «la Chine annoncera (bientôt) de nouvelles initiatives visant à accélérer l’industrialisation et la modernisation agricole de l’Afrique». Le ministre a également confirmé la présence du président Xi Ping au sommet de Johannesburg du Forum de coopération Chine-Afrique qui aura lieu du 2 au 5 décembre. Ce sommet réunira 36 dirigeants d’Etat, cinq chefs de gouvernement, trois vice-Premiers ministres et le chef de l’Union africaine selon l’agence de presse Xinhua.