« Les responsables de cette entreprise oublient qu’elle est avant tout une entreprise commerciale et qu’elle doit générer des profits », indique l’ancien PDG.

 

« La situation de l’entreprise CNAN Nord spa est catastrophique », a déclaré ce matin, sur Radio M,  l’ex-président directeur général de la compagnie maritime nationale, Ali Koudil.

D’après lui, la compagnie a mis « les charrues avant les bœufs en commandant des navires sans qu’il y ait de marchés pour les rentabiliser». Ali Koudil a expliqué ses propos en précisant que « les bateaux actuellement inexploités ont coûté cher à l’Algérie. De plus, cette situation d’inactivité implique des frais estimés à 1200 dollars par jour». Pour l’invité de Radio M, « les responsables de cette entreprise oublient qu’elle est avant tout une entreprise commerciale et qu’elle doit générer des profits ».

Répondant à une question sur  la volonté du gouvernement de rouvrir à l’investissement privé la marine marchande, l’ancien PDG de la CNAN, accusé dans l’affaire du naufrage du bateau « Bechar » en 2004, a indiqué que « l’investissement dans le maritime est très lourd ». Signalant qu’un bateau coûte en moyenne 125 millions de dollars, il s’est interrogé au sujet de l’opérateur privé ou étranger qui pourrait se permettre un tel investissement « dans les conditions actuels du pays », s’interroge-t-il.

Pour attirer des investisseurs, Ali Koudi estime que « l’Etat doit s’impliquer et considérer ce secteur comme un secteur souverain à réformer en vue de le stabiliser».