En matière d’emploi, les perspectives 2019 de la BAD montrent que les  résultats macroéconomiques sont « meilleurs » lorsque l’industrie mène la croissance. 

La croissance du produit intérieur brut (PIB) de  l’Afrique devrait s’accélérer à 4% en 2019 et atteindre 4,1% en 2020,  prévoit la Banque africaine de développement (BAD).

« Ce taux reste néanmoins insuffisant pour résorber les déficits  budgétaires et courants persistants et à une dette devenue parfois  insoutenable. Il faut donc que les pays accélèrent leur taux de croissance  et renforcent son efficacité pour créer des emplois décents », note la BAD dans son dernier rapport sur les Perspectives économiques en Afrique 2019.

Par région, la BAD prédit que la croissance économique de l’Afrique de l’Est devrait être, en 2019, de 5,9% (6,1% en 2020), suivie de l’Afrique du  Nord à 4,4% (4,3%), de l’Afrique de l’Ouest à 3,6% (3,6%), de l’Afrique  centrale à 3,6% (3,5%) et de l’Afrique australe à 2,2% (2,8%).

En matière d’emploi, les perspectives 2019 de la BAD montrent que les  résultats macroéconomiques sont « meilleurs » lorsque l’industrie mène la croissance.  En effet, la population africaine en âge de travailler devrait passer de 705 millions de personnes en 2018 à près d’un (1) milliard d’ici 2030.

Avec l’arrivée de plusieurs millions de jeunes sur le marché du travail,  la pression pour fournir des emplois décents va s’intensifier.  Au rythme actuel de la croissance de la main-d’œuvre, l’Afrique doit  créer chaque année environ 12 millions de nouveaux emplois pour contenir  l’augmentation du chômage. 

« Une croissance économique forte et durable est indispensable à la  création d’emplois, même si cela n’est pas suffisant. La source et la  nature de la croissance sont également des éléments importants », indique la  BAD.