Concernant la décision du Qatar de quitter l’Opep dès janvier prochain, Al Mazrouei a expliqué que ce pays avait tout à fait le droit de se séparer de l’organisation.

La demande au niveau du marché pétrolier pourrait connaître une baisse au cours de l’année 2019, a déclaré, hier à Vienne, le président de la conférence de l’Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole) et ministre de l’Energie et de l’Industrie des Emirats arabes unis Suhail Mohamed Al Mazrouei.

Pour l’année 2019, « nous entrevoyons un nouvel ensemble de défis. Cela inclut le consensus général selon lequel les perspectives laissent présager une croissance de l’offre supérieure aux besoins mondiaux attendus et des signes de ralentissement potentiel de la demande », a-t-il soutenu à l’ouverture de la 175e réunion de la conférence de l’Opep.

Le président de la conférence a indiqué qu’il fallait désormais « changer la stratégie adoptée en juin 2018 », essentiellement pour éviter que les pays membres de l’organisation dépassent leurs quotas de production.

Concernant la décision du Qatar de quitter l’Opep dès janvier prochain, Al Mazrouei a expliqué que ce pays avait tout à fait le droit de se séparer de l’organisation en vertu des statuts de cette dernière.