Marche de la colère pour Mohcine Fikri à Rabat le 30 octobre (DR)

 

La mort terrible dans un camion-benne vendredi soir d’un poissonnier à El Hoceima, dans le Rif, une région très pauvre du nord du Maroc, a ranimé la colère de la population contre la  »Hogra » au Maroc. 

 

Le drame a provoqué dimanche des manifestations dans les grandes villes du royaume, à Rabat et Casablanca notamment, mais également à Tanger et El Hoceima où les obsèques du malheureux ont été suivies par des milliers de personnes.

Immédiatement après le drame, les réseaux sociaux s’étaient emparés de l’affaire et, surtout, montré la vidéo de la mort tragique de Mouhcine Fikri, qui était monté avec deux autres personnes sur la benne.

Deux hashtags en arabe,  #طحن_مو  (broie-le), et # كلنا_محسن_فكري (nous sommes tous Mouhcine Fikri) ont immédiatement fait le tour de la toile, suivis d’appels à manifester dimanche dans plusieurs villes contre la  »hogra ».

 Les poissonniers de la ville avaient fermé boutique dimanche en signe de solidarité avec Fikri, a indiqué Faissal Aoussar, responsable local de l’Association marocaine des droits humains (AMDH).

 

 

Des circonstances encore troubles

Les circonstances du drame restent imprécises, pour le moment. Mouhcine Fikri, avait été arrêté vendredi soir par la police à la sortie du port de pêche en possession de 500 kg d’espadon. En cette période de repos biologique, la pêche à l’espadon est interdite, ce qui a motivé la saisie des autorités, selon plusieurs sources médiatiques.  »Les faits se sont produits à 22h, près du tribunal de première instance de la ville. 

 Les autorités ont fait venir un camion-benne et ordonné la destruction de la marchandise. Mouhcine Fikri n’a pas supporté que sa source de revenus soit détruite de la sorte, et a menacé de se suicider si la saisie est détruite », avait indiqué dimanche un communiqué de la section d’Al Hoceima de l’Association marocaine des droits humains (AMDH) à Al Hoceima.

 

 

 

 Sur une vidéo qui circule sur les réseaux sociaux, on voit trois personnes monter sur l’arrière du camion. Mais, alors que deux personnes arrivent à sauter hors de la benne, la troisième, Mouhcine Fikri, est happé à l’intérieur et se fait prendre dans le mécanisme.

 Certains disent, selon la presse marocaine, que lorsque les trois personnes étaient montées sur la benne, la broyeuse était à l’arrêt. La thèse de l’accident n’est pas également écartée. Dans un communiqué au lendemain du drame, samedi, la Direction générale de la police marocaine a indiqué que  »les informations relayées par les réseaux sociaux sur une présumée relation de fonctionnaires de la sûreté avec la mort d’un citoyen à Al Hoceima sont dénuées de tout fondement. »

Le ministère de l’Intérieur et le procureur de la ville ont ordonné l’ouverture d’une enquête pour déterminer les circonstances précises du drame. Le délégué provincial de la pêche maritime a été suspendu. Le ministre de l’Intérieur, Mohamed Hassad, a été chargé par le roi Mohammed VI de suivre de près l’affaire. Mohamed Hassad a informé la famille que sur instructions royales,  »une enquête minutieuse sera diligentée (et) des poursuites engagées contre quiconque dont la responsabilité a été établie dans cet incident. » 

 Le PAM condamne

 Après les associations et ONG de défense des droits de l’homme, ainsi que le Mouvement du 20 Février, organisateurs de manifestations ayant rassemblé des milliers de personnes dans plusieurs villes du pays contre  »la Hogra », plusieurs partis ont clairement condamné ce qui s’est passé vendredi dans la capitale du Rif.

 Le Parti de l’Authenticité et de la Modernité (PAM), arrivé second aux législatives du 7 octobre 2016, a qualifié la mort de Mouhcine Fikri de  »tragédie », et a dénoncé  »le traitement dégradant » qu’il a subi.

 Le PAM, créé par Fouad El Himma, un proche du Palais, a appelé à l’ouverture d’une ‘’enquête approfondie suivie de sanctions contre les responsables ». Le PAM a appelé en outre ses partisans  »à s’engager dans toute forme de militantisme légitime contre l’injustice et pour la défense de la dignité des citoyens. »

 Abdelilah Benkirane, chef du gouvernement et SG du Parti de la Justice et du Développement (PJD, islamiste modéré), vainqueur aux législatives de 2011 et 2016, a appelé quant à lui  »à la retenue ». Exprimant ses  »regrets sur l’accident regrettable du décès (de Mouhcine Fikri) », le PJD a appelé ses membres et sympathisants à ne pas répondre  »de quelque manière que ce soit aux appels à manifester ».

 L’association Al Adl Wal Ihssane (interdite, mais tolérée) a appelé de son côté ses militants à manifester dans plusieurs villes. Leur section locale à Al Hoceima a constitué un comité pour suivre l’affaire.