En tout, 100 millions de personnes dans le monde activent dans le domaine de la pêche artisanale.

 

Deux-tiers des poissons consommés dans le monde sont capturés par les pêcheurs artisanaux, révèle une étude rendue publique il y a quelques jours par l’Organisation des Nations unis pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) qui invite les différentes nations concernées à prendre les mesures nécessaires pour protéger ces pêcheurs.

« Loin d’être des reliques du siècle passé, les technologies et pratiques liées à la pêche artisanale s’adaptent en général très bien au cadre écologique et sociale dans lequel elles sont utilisées », indique l’étude de la FAO.  Elle pointe, toutefois, les difficultés qui se dressent face à cette activité, signalant que « la pêche artisanale peine (…) à être compétitive et ce, en raison des cadres réglementaires qui tendent à l’ignorer ou qui sont formatés pour répondre aux problématiques des grandes flottes commerciales ».

« Les Directives pour la pêche artisanale : mise en œuvre à l’échelle mondiale », est l’intitulé de l’étude qui constate que la pêche artisanale, en dépit de son importance, ne bénéficie pas de la protection légale qui devrait être la sienne dans plusieurs pays du monde.

« La cohérence des politiques, fruit d’une collaboration interministérielle sur le commerce, l’environnement, le tourisme et les questions relatives au développement socio-économique, doit être un élément central qui permettra de protéger les droits et les moyens d’existence des personnes, souvent pauvres et marginalisées, qui exercent dans le secteur de la pêche artisanale », a indiqué Mme Nicole Franz, Agent principal chargé des questions liées à la pêche artisanale durable.
Il faut rappeler que des directives visant à protéger les droits des pêcheurs artisanaux ont été émises en 2014 par la FAO. En tout, 100 millions de pêcheurs, à travers le monde sont concernés par ces directives.

Les difficultés à accéder à certaines zones de pêches ou encore la limitation excessive des quantités de poissons à pêcher figurent parmi les principaux obstacles que rencontre l’activité de la pêche artisanale.