Arkab Sonelgaz
Le PDG du groupe Sonelgaz, Mohamed Arkab (dr)
Le PDG de la Sonelgaz, Mohamed Arkab, a déclaré lors d’une conférence de presse organisée ce mercredi 3 octobre au niveau du forum d’El Moudjahed, que « grâce au partenariat avec le groupe américain « Géneral Electric », la première turbine ‘’made in Algeria’’ verra le jour en juillet 2019 ».

Akab a indiqué à ce sujet qu’en faveur de ce partenariat avec le groupe GE, basé selon la règle 51/49, il est prévu la création d’une entreprise mixte dénommée ‘’GEAT’’. Cette entreprise mixte sera en charge de la réalisation d’un complexe industriel dans la wilaya de Batna, pour la fabrication des équipements du bloc de puissance des centrales électriques (TG, TV, Alternateurs et système de contrôle commande associés).

Par ailleurs, le PDG de la Sonelgaz a indiqué que plusieurs autres partenariats sont prévus avec des opérateurs internationaux, basée sur la valorisation des ressources locales et le transfert de technologie.

Il évoque dans ce sens, la création avec les entreprises sud-coréennes Hyundai et Daewoo d’une entreprise EPC, « HYENCO », pour l’émergence de sociétés nationales de fabrication et de réalisation.

Aussi, un projet de création d’une société mixte avec l’entreprise sud-coréenne BHI et le Groupe IMetal, dénommée « BHI Algérie », pour la fabrication de chaudières de récupération et échangeurs thermiques, dans la wilaya de Relizane.

Dans cette même politique de partenariat, il est prévu aussi la création à Azazga, dans la wilaya de Tizi-Ouzou, en partenariat avec l’entreprise indienne Vijai Electricals Ltd, et l’EPE Electro-Industries, ELEC EL Djazair, d’une société mixte pour la fabrication des transformateurs de grande puissance pour des gammes variantes de 40 MVA à 300 MVA, baptisée « Vijai Electricals Algérie ».

Enfin, le premier responsable de Sonelgaz a révélé aussi la création d’une entreprise chargée de la fabrication des isolateurs électriques pour toutes tensions confondues, « Sediver Algérie » à Boumerdes, en partenariat  avec l’entreprise française « Sediver ».