La région Afrique du Nord et Moyen-Orient (MENA) pourrait attirer 119 milliards de dollars d’investissements dans les énergies renouvelables d’ici 2020, prédit une récente étude de MEED Insight, réalisée en partenariat avec l’Association de l’industrie solaire au Moyen-Orient (MESIA).

 

Le rapport, qui explore la stratégie et la politique de chaque pays concernant l’énergie solaire, et évalue les mécanismes de financement et les incitations fiscales mises en œuvre pour atteindre leurs ambitions d’énergie renouvelables, précise que l’investissement direct estimé dans ces projets d’énergies renouvelables, à l’exclusion des investissements de transport et de distribution, sera de 190 milliards de dollars au prix 2013 pour la production de 58 Gigawatt d’électricité verte.
Selon le document, si les objectifs de capacité d’énergie renouvelable sont remplis d’ici 2020, la capacité installée des énergies renouvelables va octupler. Toutefois, le rapport évalue la capacité des projets du solaire qui seront effectivement mis en service dans la région dans les six prochaines années à 37 GW dont 12 à 17 GW du mix énergétique proviendrait du solaire.
Les rédacteurs du rapport notent que les pays du Moyen-Orient, notamment l’Arabie Saoudite et les Emirats arabes unis présentent des projets ambitieux en matière de production d’énergies renouvelables.
4% de la capacité de production d’électricité provient des ENR
Par ailleurs, le rapport note aussi que sur les 13 Etats couverts par l’étude, la capacité installée de production d’électricité s’élevait à plus de 185 GW à la fin de 2012. Sur ce total, plus de 6 GW, soit 4 pour cent du total, provenaient de sources d’énergie renouvelables.
La majorité de la capacité renouvelable existante est issue de centrales hydroélectriques d’une capacité totale de 5 GW. De la capacité d’énergie renouvelable restante dans la région MENA à la fin de 2012, l’éolien était de loin le segment le plus important, avec une capacité de plus de 1 GW. Par contre, la capacité solaire installée, à l’exclusion des éléments thermiques installée sur les systèmes solaires intégrés à cycle combiné (ISCC), s’élève à 205 MW à la fin 2013.