Lors d’un point de presse animé ce mardi à Hassi Messaoud, (Ouargla), le P-DG de Sonatrach Rachid Hachichi, a affirmé que « la situation politique traversée par l’Algérie n’a aucun impact sur les négociations menées entre Sonatrach et ses partenaires étrangers ».

Il a indiqué, à ce propos, que « toute information sur quelconques perturbations des relations entre Sonatrach et ses partenaires sont sans fondement ».

« Sonatrach et ses partenaires étrangers, travaillent toujours en étroite collaboration et ceci sera  confirmé dans les jours à venir », a-t-il assuré.

Par ailleurs, et en réponse sur les raisons du retard enregistré dans le projet de réalisation d’un nouveau système de production au niveau des unités satellites du champ sud de Hassi Messaoud, le premier responsable de Sonatrach a affirmé que ceci n’étaient pas liés à des raisons financières.

« Sonatrach n’a pas de problèmes financiers », a assuré Hachichi en affirmant que la raison du retard du projet, lancé en 2016 pour un délai de réalisation de 48 mois, « est plutôt techniques ».

Rappelons qu’à la fin du mois passé, une source de l’intérieur de Sonatrach a affirmé à l’agence de presse britannique, Reuters, que «hormis la production qui est toujours en cours au sein de la compagnie nationale, tout le reste est gelé».

La même source a aussi évoqué le gel des discussions entre Sonatrach et les compagnies américaines, entre autres Exxon Mobil et Chevron. Des partenaires étrangers qui restent dans l’attente de l’évolution de la situation politique du pays.

Selon la source de Reuters, tout accord avec une compagnie étrangère est «sensible en Algérie et a besoin d’un Président permanent et non pas d’un intérimaire». « Il n’y a aucune visibilité sur le court terme, étant donné que c’est la politique et non l’économie qui a la priorité pour le moment», explique la même source.