ONU

L’affaire du journaliste Khaled Drareni condamné lundi, par le tribunal de Sidi M’hamed à Alger, à trois de prison ferme assortie d’une amende de 50 000 DA arrive dans les couloirs des Nations-unis (ONU) et de l’Union Africaine (UA).

La procédure de demande d’intervention de ces deux organisations gouvernementales supranationales auprès de l’Etat algérien est officiellement engagée par M. Sofiane Chouiter, expert algérien en droits de l’homme établi au Canada.

‘’ Nous avons saisi des rapporteurs spéciaux de l’ONU sur la détention et la condamnation de Khaled Drareni, ainsi que le rapporteur de l’Union africaine (UA) sur la liberté d’expression et des défenseurs des droits humains’’, nous a déclaré Chouiter. Il ajoute : ‘’Nous avons saisi trois rapporteurs spéciaux de l’ONU chargés des questions des droits de l’homme. Nous avons également saisi le groupe d’ travail sur la détention arbitraire appartenant l’ONU’’.

D’autres démarches sont en cours au Canada et aux USA pour mobiliser du soutien à la cause de Khaled Drareni ‘’ Nous sommes en contact avec la commission des droits de l’homme du Congrès américain, pour l’adoption de l’affaire Drareni et l’intervention auprès des autorités algériennes, en vue de sa libération sans condition’’.

Pour Chouiter le recours aux mécanismes régionaux et internationaux de protection et de promotion des droits de l’homme a montré son efficacité. ‘’L’expérience nous a montré que le recours aux mécanismes régionaux et internationaux de protection des droits de l’homme pousse les autorités algériennes à réagir’’, a-t-il expliqué.

S’agissant du délai de la procédure, il dira qu’il fera tout son possible pour que les rapporteurs spéciaux de l’ONU et celui de l’UA agissent rapidement.