Le procureur de la République près le tribunal de Constantine a requis une peine de  trois ans de prison assortie d’une amende de 100.000 dinars à l’encontre du journaliste.

Le juge a décidé, aujourd’hui au tribunal de Constantine, du report de l’affaire du journaliste et directeur de Radio web Sarbacane, Abdelkrim Zeghilache au 27 novembre courant.

Abdelkrim Zeghilache est poursuivi en justice pour diffamation d’un fonctionnaire suite à une plainte déposée par son ancien ami Attafi Mohamed.

Le procureur de la République près le tribunal de Constantine a requis une peine de  trois ans de prison assortie d’une amende de 100.000 dinars à l’encontre du journaliste. La défense a plaidé l’innocence.

Me Zoubida Assoul, l’une de ses avocats, a déclaré à la presse, à l’issue du procès, que son client était également poursuivi pour « diffusion d’une radio sans autorisation ». Une affaire actuellement en instruction. Le matériel de ladite radio a été saisi au niveau du domicile du journaliste. Le juge d’instruction du même tribunal a placé l’accusé en détention  préventive ce qui veut dire que le prévenu sera maintenu en prison quel que soit le verdict rendu le 27 novembre courant. « Tout ceci montre qu’il s’agit, en réalité, d’un procès politique », a assuré l’avocate.

La douzaine d’autres avocats de la défense ont défendu la même thèse, appelant la justice à libérer l’accusé. Plusieurs personnalités politiques et des professionnels des médias étaient présents au procès d’Abdelkrim Zeghilache pour témoigner de leur solidarité avec le journaliste.