Image : A. Khaled pour Maghreb Emergent

Les amis et familles des détenus ont scandé plusieurs slogans demandant la libération des prisonniers, mdont ceux qui ont brandi le drapeau amazigh durant les manifestations à Alger, ainsi que le détenu d’opinion, le Moudjahid Lakhdar Bouragaa, emprisonné pour avoir  » exprimé une opinion politique ».

Près d’une centaine de personnes se sont rassemblées ce mercredi devant la Cour d’Alger pour soutenir les détenus d’opinion et les prisonniers politiques. 

Des représentants de partis d’opposition étaient présents à ce rassemblement, à l’instar de Mohcine Belabes, président du RCD, Yacine Aissiouene, député du même parti. Ali Laskri et Djamel Baloul du FFS, ainsi que Khaled Tazaghart et Remtane Taazibt du parti des travailleurs.

Détention illégale

rencontré sur place, Aouicha Bekhti, une des avocats des manifestants détenus, a déclaré à Maghreb Emergent que  » le groupe d’avocats a décidé de boycotter la chambre d’accusation parce que leur arrestation est une décision politique et la solution ne peut être que politique ».

De son côté, l’avocat Benissaad Norredine a annoncé que les juges ont confirmé la détention provisoire des jeunes manifestants et soutient la même hypothèse de Me Bekhti sur l’aspect politique des arrestations.

pour ce qui est de l’affaire Moudjahid Bouregaa, Me Benissaad Norredine a déclaré que « les avocats ont décidé de Boycotter la chambre des accusations vu que les accusations portées contre lui sont sans fondements juridiques ».

Selon l’avocate Aouicha Bekhti, une des avocats de La Défense dans l’affaire des manifestants détenus, l’arrestation des manifestants est politique et leur libération où maintient en prison ne peut être que sous une décision politique. C’est pour cela que les avocats ont boycotté la chambre d’accusation.

Gepostet von Maghreb Émergent am Mittwoch, 10. Juli 2019