L’Algérie qui dispose du potentiel d’énergie renouvelable le plus important à l’échelle méditerranéenne et peut-être même Africaine, notamment dans le solaire, est  disposée à devenir un fournisseur majeur pour l’Europe dans ce segment.

Le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni, a déclaré mardi que l’Algérie a introduit une demande officielle pour son intégration au marché européen des interconnexions électriques, et pouvoir ainsi exporter le surplus d’électricité produite à partir de l’énergie solaire vers l’Europe.

Guitouni, qui intervenait lors d’une conférence de presse tenue conjointement avec le commissaire européen en charge de l’action pour le climat et l’énergie, à l’issue de la 3ème réunion annuelle du dialogue politique de haut niveau sur l’énergie, a estimé qu’avant de parvenir à exporter de l’énergie électrique, l’existence d’un réseau électrique connecté entre les pays était indispensable.

« Il faut au préalable une interconnexion entre les pays européens, notamment entre l’Espagne et la France, ensuite une interconnexion entre l’Algérie et ses voisins maghrébins, le Maroc et la Tunisie », a souligné le ministre.

La rencontre de haut niveau sur l’énergie a permis aux parties algérienne et européenne d’établir une feuille de route pour renforcer leur partenariat stratégique dans le domaine de l’énergie au cours des années à venir.

Cette feuille de route comprend notamment l’organisation d’un atelier de mise en relation entre des industriels algériens et européens afin de développer l’industrie photovoltaïque nationale.

L’Algérie qui dispose du potentiel d’énergie renouvelable le plus important à l’échelle méditerranéenne et peut-être même Africaine, notamment dans le solaire, est  disposée à devenir un fournisseur majeur pour l’Europe dans ce segment. Ceci à condition qu’un réel dynamisme venait à se créer pour cette filière dans la sphère économique algérienne.