Image Huawei

La décision du président américain, Donald Trump de placer sur la liste noire Huawei, second fabricant de smartphones et premier équipementier de télécommunications au monde, pourrait impacter  l’Algérie, estime Farid Farah, enseignant chercheur et consultant ICT.

« Si les activités de Huawei sont stoppées dans le monde, l’Algérie ne sera pas à l’abri de retombées pénalisantes», a-t-il déclaré lors de son passage sur Radio M. Il pense que les opérateurs publics algériens seront les premières victimes collatérales de ce bras de fer, car leur infrastructure et équipements sont hautement badgés Huwaei.

« Les clients de Huawei en Algérie rencontreront alors des problèmes d’entretien et de maintenance de leurs équipements», explique l’intervenant tout en rappelant que la présence de Huawei est importante en Algérie, notamment de par son rôle dans le déploiement des infrastructures télécom.

M Farid Farha rappelle que la méfiance US à l’égard de Huawei s’est exacerbée après que ce dernier a investi et lancé des réseaux 5 G qui sont des réseaux mobiles dédiés exclusivement au transport des données économiques.   « Ce que craignent les Américains c’est qu’avec Huawei, les chinois soient capables d’avoir accès aux données stratégiques des entreprises, voire à des secrets bien gardés», explique M Farah qui ajoute que la démarche de Trump est inspirée par la crainte.

« Au cas, où, Huawei utiliserait des moyens non catholiques, il pourra mettre la main sur des données stratégiques secrètes des entreprises US. Le gouvernement chinois pourra aisément faire de l’intelligence économique grâce à Huawei, et cela dérange les Américains», poursuit-il.