Photo électricité

Le ministre a estimé qu’il était impératif pour l’Algérie de diversifier son économie et d’aller vers des exportations hors hydrocarbures afin de se libérer de la rente pétrolière.

« La bourse de l’électricité est en Espagne. Nous allons œuvrer de façon à nous placer dans cette bourse pour vendre notre excédent en électricité », a déclaré le ministre de l’Energie Mustapha Guitouni, lors d’un point de presse tenu en marge de sa visite dans la wilaya de Bouira ce dimanche.

Pour le ministre, le dossier de l’exportation de l’électricité remonte à plusieurs années, mais la nouveauté c’est que l’Algérie va aller vers la bourse pour vendre son excédent de l’électricité vers la Tunisie et le Maroc.

Les capacités de production de l’énergie électrique, selon Guitouni, sont estimées à « 19 000 mégawatts avec un excédent de 9 000 Mégawatts qui n’est pas consommé en période hivernale ».

« Cet excédent, nous allons le commercialiser. Nous devons être prêts pour cela avec la préparation des réseaux et la mise en place de mesures de protection nécessaires afin de vendre (cet excédent), à condition qu’il soit mis sur le marché », a souligné le ministre.

Il a estimé, à ce propos, qu’il était impératif pour l’Algérie de diversifier son économie et d’aller vers des exportations hors hydrocarbures afin de se libérer de la rente pétrolière, en indiquant dans ce sens que l’Algérie a déjà réalisé « deux milliards de dollars d’exportation hors hydrocarbure ce qui est très important pour notre économie », a-t-il précisé.