Dans un contexte de marché en crise, le chinois BAIC installé à Batna, en Algérie,  annonce la production de véhicules pour le marché national et international.

Cette annonce est faite alors que les responsables de la marque en Algérie disent  trouver en les difficultés rencontrées, un stimulant pour leur action ; « Dans une conjoncture compliquée et difficile, les activités de l’usine BAIC ALGÉRIE, qui ont démarré au début de l’année en cours, sont passées par plusieurs étapes liées à un contexte politico-économique instable. Ce qui a encouragé davantage les responsables de ce projet à démontrer davantage de persévérance et insistance dans la réalisation de ce projet. Ils annoncent aujourd’hui le renforcement des activités de l’usine, afin d’entamer une étape très importante pour tout le pays. L’exportation vers 3 pays d’Afrique, mais aussi, dans un futur proche, vers des pays d’Europe, avec l’autorisation du partenaire Chinois. »

BAIC ALGÉRIE est spécialisée dans l’assemblage automobile au niveau de son usine de Batna, où sont assemblés plusieurs modèles du géant chinois BAIC. Dans ce projet, l’investisseur principal est la partie algérienne,  c’est-à-dire l’EURL SARIAK AUTO HANDLER en qualité d’actionnaire principal, le groupe chinois Beijing Automobile détient quant à lui une participation minoritaire dans cette joint-venture, à hauteur de 10%.

Les Chinois pèsent néanmoins de tout leur poids dans cette entreprise et affichent  un engagement  total qui se traduit notamment, par l’encadrement et la formation du personnel et des employés de l’usine BAIC, avec des programmes de formation effectués sur site, à Batna et en Chine.

L’usine BAIC ALGÉRIE répond aujourd’hui à toutes les exigences du gouvernement Algérien, en affichant un taux d’intégration de 26 %, qui atteindra 34 à 36 % dès le lancement des nouvelles unités de soudure et peinture, dont les travaux d’installation vont démarrer bientôt, et 55 % dans une troisième phase lors de l’entame de la fabrication des moteurs et boîte de vitesse. Indique-t-on

L’usine qui ne semble pas souffrir particulièrement de la limitation des quotas de kits CKD/SKD,  s’est engagée dès le départ à se mettre en conformité avec la réglementation algérienne et compte assembler 8000 unités d’ici la fin de l’année 2019.

Dans les conditions normales, l’usine affiche une capacité de production de 150 véhicules/jour. « Notre usine est tout à fait conforme à la réglementation sur plusieurs plans. D’un point de vue technique, l’usine, avec la certification du partenaire chinois, est conforme également aux standards internationaux, et produit des véhicules qui répondent aux normes du constructeur » Déclare Mr Sariak Nouredine, PDG de BAIC ALGÉRIE et Sariak Auto Handler. L’usine qui produit des véhicules légers lancera sous peu de petits utilitaires type mini truck à moins de un million de dinars

 L’objectif de toutes les opérations de mise en conformité, relance d’activités et extensions de l’usine, est de renforcer la production de véhicules conformes aux attentes des clients particuliers et professionnels en matière de qualité et de prix, avant d’entamer, dans les quelques semaines à venir, la phase de l’exportation, vers 3 pays d’Afrique : Tunisie, Libye et Mauritanie.

Des accords de partenariat ont déjà été signés avec des opérateurs locaux dans ces pays, est-il enfin mentionné.  

« Les contrats sont signés avec nos partenaires en Tunisie, Libye et Mauritanie, qui sont en attentes de livraison. Nous tenons à franchir ce cap, et nous nous engageons à redresser l’activité de l’industrie automobile en Algérie. Nous sommes capables d’exporter des véhicules assemblés en Algérie vers plusieurs pays du monde », affirme le PDG de BAIC ALGÉRIE.

BAIC ALGÉRIE a été sollicitée également par d’autres pays notamment en Europe, avec l’accord du partenaire chinois Beijing Automobile, afin de permettre des tests de prototypes de modèles BAIC assemblés en Algérie, notamment la BAIC X25 pour l’Espagne et l’Italie.