La nouvelle aérogare d’Alger n’est plus si

Le projet, d’une durée de 40 mois, devrait coûter quelque 550 millions d’euros. Le même groupement a réalisé la nouvelle aérogare d’Alger, inaugurée en 2006. Il est également en charge de la réalisation de la Grande mosquée d’Alger.

 

 

Le groupement chinois China State Construction Engineering Corporation (CSCEC) a été présélectionné pour la réalisation d’un nouveau terminal passagers à l’aéroport d’Alger, dénommé « Aérogare Ouest », dans sa phase 1. C’est ce qu’a annoncé le maître d’ouvrage, la Société de gestion des services et infrastructures aéroportuaires d’Alger (SGSIA), dans un encart publicitaire paru aujourd’hui dans le quotidien algérien Liberté.

Le groupement chinois a obtenu, selon la SGSIA, une note technique de 66 sur un total de 70 points et une note financière de 28 sur 30 points, soit une note globale est 94 sur 100 points.

Le projet, d’une durée de 40 mois, devrait coûter plus de 550 millions d’euros, dont 387,3 millions pour la partie devises et plus de 18 milliards de dinars pour la partie en monnaie nationale.

La SGSIA précise que tout soumissionnaire qui contesterait ce choix pourra introduire un recours auprès de la commission des marchés de l’entreprise et ce, dans les huit jours qui suivent la date de la première publication de l’avis de présélection dans le Bulletin officiel des marchés de l’opérateur public (BOMOP) et la presse nationale, c’est-à-dire d’aujourd’hui 10 juin 2014.

Le groupement chinois, qui a à son actif plusieurs grands projets en Algérie, dont le projet de la Grande mosquée d’Alger et des milliers de logements AADL, a réalisé le nouvel aéroport d’Alger, inauguré en 2006, en faisant appel à des sous-traitants. L’ensemble des travaux a coûté près de 24 milliards de dinars.

En 2012, CSCEC avait été choisi par l’Etablissement national de la navigation aérienne (ENNA) pour la réalisation des blocs techniques et tours de contrôle des aéroports d’Alger, d’Oran, de Constantine, de Ghardaïa et de Tamanrasset. Le montant de ces projets se chiffrait à plus de 2 milliards de dinars (20 millions d’euros).