RND Ouyahia
Le Conseil national du parti Rassemblement national démocratique (RND) a adopté vendredi à Alger, au terme des travaux de sa 5ème session ordinaire, l’appel à candidature du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika à l’élection présidentielle de 2019, « au vu des réalisations importantes accomplies par l’Algérie sous sa judicieuse direction ».

L’adoption de cet appel vient un jour après que le Secrétaire général du parti, Ahmed Ouyahia, ait clairement fait mention de la volonté de son parti politique de soutenir la candidature du président sortant pour un cinquième mandat.

Dans la déclaration finale publiée par le conseil il est possible de lire que ce choix est motivé par « les grands défis que devra relever notre nation dans un contexte économique et international compliqué par le recul des prix du pétrole et l’instabilité régnant dans la région maghrébo-sahélienne ».Et d’ajouter qu’au vu de la situation « Abdelaziz Bouteflika est l’unique personne pouvant rassembler et motiver le peuple algérien pour y faire face ». Ainsi, le Conseil national « demande instamment au moudjahid Abdelaziz Bouteflika de répondre aux nombreux appels émanant de la société pour continuer sa mission à la direction du pays en se portant candidat à la présidentielle 2019 », réitérant par la même « son appui et son soutien au président de la République pour la réussite de sa mission à la tête de l’Etat et la mobilisation des militants du RND pour l’aboutissement de sa candidature à un nouveau mandat présidentiel ».

Le Conseil national du RND s’est félicité, dans sa déclaration politique, « de la stabilité qui règne au pays et qui facilite la mise en oeuvre du processus de reconstruction nationale dans tous les domaines sous la direction du Président Bouteflika », saluant « la coordination de haut niveau entre la majorité parlementaire permettant la concrétisation le plan d’action du gouvernement tout en respectant le rôle de l’opposition parlementaire ».

Le RND appelle à rechercher la stabilité

Répondant aux différents appel au dialogue national émanant de nombreuses forces politiques ou de la société civile appelant à « un consensus national », le RND s’est dit « disposé à participer au débat ou au dialogue politique dans le cadre du respect de la Constitution et des institutions de la République », souhaitant que « la marche vers la prochaine présidentielle soit balisée par un débat national autour de projets de programmes et non pas par des discours et des déclarations marqués par l’anathème et parfois même l’atteinte à la dignité des institutions ».

Le SG du RND tirera à boulets rouges sur les « séparatistes ayant appelé à porter les armes » rappelant que la Kabylie est une partie indivisible du pays.

Il dénoncera aussi les « campagnes haineuses contre l’Algérie menées de l’étranger par des milieux médiatiques et associatifs » concernant la crise migratoire.