Le CPP de Radio M  a entamé sa cinquième saison (1er numéro en février 2014) dans un climat de tension à Alger centre pour cause de mouvement sociaux.

 

Le Café presse politique (CPP) a profité de l’absence de son animateur vedette Khaled Drareni à ce numéro de la Saint Valentin (aucun lien à établir) pour aborder des sujets qui fâchent encore plus :  Ali Benflis en possible recours de l’opposition face au système,  le recours massif des Algériens aux pages religieuses sur Facebook saoudiennes et égyptiennes et la faiblesse du référent religieux local sur les réseaux sociaux. Ou encore, la dernière mesure du Conseil constitutionnel français qui étend aux non français les indemnisations pour les victimes civiles de la France durant la guerre d’Algérie. Copieux menu qui a même pris le temps de s’arrêter sur l’extension de la crise rampante au FFS pour essayer d’en comprendre le ressort et surtout pour en explorer l’issue. Beaucoup de sujet pour 52 minutes ? Pas lorsque  les invités sont percutants sur chaque thème. Que le clivage n’est jamais très loin et que les arguments ont le temps d’être déployés sans langue de bois.

Un CPP pur jus qui s’est déroulé dans un centre d’Alger en Etat de siège à cause de l’appel à la grève générale de l’intersyndical ce mercredi 14 février. Un CPP qui dit en gros combien la situation politique est sérieuse en Algérie. Et combien il serait temps que les citoyens s’emparent de leur sort social, et bientôt politique, pour que le pire n’advienne pas. Bonne écoute. Bon visionnage.