Le textile, un secteur où la part d’emploi féminin est importante.

Le rapport final sanctionnant ces études sera publié en 2016 mais des résultats  partiels pourraient être publiés avant.

 

Dans le cadre d’une convention signée entre les deux organismes le 5 février dernier, une série d’études sur l’emploi des femmes en Algérie sera lancée prochainement par le Centre de recherche en économie appliquée pour le développement (CREAD) et le Centre national d’étude, d’information et de documentation sur la famille, la femme et l’enfance (CNEIDFFE).

Un programme d’action détaillé a déjà été mis au point par les deux centres, qui devront réaliser ces études suivant un calendrier s’étalant jusqu’à l’année 2016. L’objectif visé est de collecter le maximum d’informations concernant la situation actuelle en matière d’emploi féminin en Algérie. Des résultats partiels pourraient être publiés en attendant la publication du rapport final, en 2016.

« Des mesures de formation et d’accompagnement destinées aux femmes travaillant dans certains domaines d’activité, notamment les garderies d’enfants, sont prévues », lit-on dans un document du CREAD.

L’Algérie figure actuellement parmi les pays où les femmes participent le moins à la vie économique : selon un rapport du Forum économique mondial publié à la fin de l’année 2013, elle est classée à la 124ème position dans une liste comprenant 136 pays. En 2006, elle occupait, pourtant,  la 97ème position dans le classement établi par la même organisation.

Selon une enquête de l’ONS, la part de l’emploi féminin sur l’emploi total en Algérie est estimée à 17,6% en 2013. Selon cette même enquête, le taux d’emploi, c’est-à-dire le rapport population occupée / population âgée de 15 ans et plus, est de 39% au niveau national, de 63,7% chez les hommes et de 13,9% chez les femmes.